Réseau national des MSH

Logo du RnMSH

Colloque Recherche partenariale : restaurer la confiance entre les acteurs Rôle, enjeux et conditions du dialogue – 8 mars 2022

La pandémie de COVID-19 a altéré la confiance des citoyens dans la parole scientifique et dans les innovations technologiques. Cette crise de confiance s’est transformée en un mouvement de défiance à l’égard des organisations et du pouvoir politique. Il semble que, pour beaucoup, l’incompréhension du monde de la recherche ait laissé place aux doutes et aux soupçons de conflits d’intérêts, d’influences politiques, médiatiques et surtout économiques. Dans cet environnement complexe et 
incertain, garantir la confiance dans la recherche partenariale est un enjeu essentiel. Car, aujourd’hui plus que jamais, le partenariat entre recherche publique et privée est une nécessité pour concevoir des produits et des services capables de répondre aux grands défis sociétaux présents et futurs. 
L’objectif de ce colloque est de préciser, ou de rappeler, le rôle et les enjeux de la confiance dans la science et les solutions technologiques ou sociétales, fruit d’un partenariat entre la recherche publique et privée. Il cherchera à identifier à quels moments elle apparaît et « se cristallise », comment elle circule au sein des réseaux interpersonnels, des dispositifs et des institutions. Il permettra enfin de s’interroger sur les conditions à créer pour restaurer, développer et pérenniser la confiance entre 
l’Homme, la science, les technologies et le politique.
Pour en savoir plus

Retrouver toutes les actualités du RnMSH.

Webinaires du RnMSH Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales – 11 mars 2022

Le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (RnMSH), en partenariat avec le réseau des Umifre (Unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger) sous double tutelle CNRS / MEAE, présente le cycle de webinaires Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales organisé dans le cadre du dispositif de coordination nationale HS3PE-Crises (Crises sanitaires et environnementales – Humanités, sciences sociales, santé publique).

Les crises environnementales et sanitaires auxquelles nos sociétés sont aujourd’hui structurellement confrontées, exacerbées par la « crise de la COVID-19 », nous interpellent en tant que parents, enfants, habitants, citoyens…

Ce cycle de webinaires, animé par des chercheuses et chercheurs de toutes disciplines, est ouvert à toutes et à tous.

Les sciences humaines et sociales (SHS) associées aux sciences du vivant disposent d’outils pertinents pour comprendre les tenants et les aboutissants de ces crises, mais aussi pour proposer sinon des solutions, du moins des éléments porteurs de changement.

Prochain webinaire :

– 11 mars à 13h : La surexploitation de l’eau dans les dans les frontières agricoles : le cas du Cerrado brésilien

Webinaires « Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales » – 16 décembre 2021

Dans le cadre du cycle de webinaires HS3PE-Crises « Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales » coordonné par le RnMSH, la MSH Sud de Montpellier présente jeudi 16 décembre 2021 à 13h le webinaire :

Penser le théâtre en période de crise sanitaire : le cas du théâtre anglais aux XVIe et XVIIe siècles

Pour en savoir plus

Ce cycle de webinaires est organisé par le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le réseau des Umifre (unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger) du CNRS et du MEAE et dans le cadre du dispositif de coordination nationale Inserm/CNRS HS3PE-Crises (Crises sanitaires et environnementales – Humanités, sciences sociales, santé publique)

Les webinaires à revoir :

Le grand confinement : la crise de l’urbanisation planétaire ? MSH Sud

Une approché intégrée de la santé pour augmenter la résilience de nos territoires, MSH Sud

Economie de l’anthropocène. Covid 19 et mondialisation, MSH Paris Nord

Covid-19 : santé mentale, comportement de prévention et télétravail, MSH Sud

La parole publique des SHS en temps de crise sanitaire, MSH Paris Saclay avec l’appui de la MSH Sud

Urgences sanitaires et et responsabilités, MRSH Caen

Livertés individuelles et gestion sanitaire en temps de Covid-19 : une analyse socio-spatiale et politique du cas japonais, Umifre Institut français de recherche sur le Japon à la Maison frano-japonaise, avec l’appui de la MSH Sud

Atelier recherche partenariale et participative – 30 novembre 2021

Logo du RnMSH

Dans le cadre de ses activités inter-MSH, le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme coordonne un groupe de compétences fédérant les professionnels de la valorisation de la recherche et de la médiation scientifique.

Cette année, il met en place un atelier sur les recherches participatives / collaboratives/ action, ouvert à tous, pour réfléchir aux formes de recherche qui développent une approche davantage partenariale que diffusionniste, en associant acteurs académiques et non académiques dans la co-construction de projets communs.

La séance introductive de l’atelier a eu lieu le 14 septembre dernier.

Comme annoncé, la prochaine séance se tiendra le mardi 30 novembre, de 09h45 à 12h00 et de 14h00 à 15h00.

Les dispositifs d’accompagnement à la recherche partenariale et participative développés à la MSH Ange-Guépin (Nantes) et la MSHS Poitiers.

Programme : 

09h45 – 12h00 : après une présentation de la MSH Ange-Guépin, qui accueillera l’atelier en présentiel pour les personnels des MSH et du RnMSH, ainsi que des objectifs du groupe coordonné par le RnMSH, l’atelier présentera les dispositifs accompagnant les recherches partenariales et participatives au sein des écosystèmes de la MSH Ange-Guépin et de la MSHS Poitiers.
Un premier focus sera fait sur les compétences à l’œuvre dans ce type d’accompagnement.
Un deuxième focus sera effectué sur la nature et le statut des données coproduites dans ce type de recherche.

Seront en particulier présentés :

– pour la MSH Ange-Guépin de Nantes, le dispositif régional Fil’Innov et le UserLab d’Angers, en lien avec la mission et l’observatoire SHS de la MSH Ange-Guépin ;

– pour la MSHS de Poitiers, le service Recherche et Innovation et le labcom DESTINS.

Dans les deux cas, des exemples concrets de projets portés par les différents dispositifs seront décrits, afin de mieux comprendre les méthodologies qui les sous-tendent.

14h à 15h : une table ronde permettra un échange avec les intervenants de la matinée autour de questionnements croisés et d’enjeux partagés, relatifs notamment aux pratiques et postures collaboratives à l’œuvre au sein des dispositifs présentés. Seront envisagés également les perspectives transformatives quant à l’organisation du monde de la recherche et de son rapport au reste de la société. 

Modalités pratiques : la séance sera retransmise en direct en distanciel (option webinaire de zoom). Le lien de connexion sera communiqué la veille à toute personne inscrite.

Pour s’inscrire à la version distancielle de l’atelier, veuillez-vous enregistrer à ce lien (avant le vendredi 26 novembre à minuit).

En savoir plus

webinaires Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales – 5 novembre 2021

La prochaine séance du cycle de webinaires « Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales » aura lieu le 5 novembre 2021 à 13h en visioconférence sur le thème : « La réponse funéraire en période de pandémie : impact sur les professionnels et les personnes endeuillées » .

Ce webinaire est organisé par la MSH Lyon Saint-Étienne, dans le cadre du cycle « Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales » (Réseau des MSH) et du dispositif « HS3P – Crises sanitaires et environnementales : humanités, sciences sociales, santé publique » (CNRS, Inserm).

Evénement ouvert à tous.

Intervenant : Gaëlle Clavandier, maître de conférences HDR en sociologie et anthropologie (Université de Saint-Étienne, CMW)

La pandémie de Covid-19 confronte les sociétés occidentales à une crise sanitaire et sociale sans précédent. Elle bouleverse le système funéraire, en particulier les temps de l’adieu au défunt et des obsèques. À la différence des crises récentes de mortalité, ici ce sont l’ensemble des décès qui est concerné.

Ce webinaire présentera des travaux de recherche qui ont documenté les aménagements (normatifs, organisationnels, techniques, relationnels) mis en œuvre par les acteurs professionnels au moment de la crise ou des crises (soignants, opérateurs funéraires, agents de l’état civil, des cimetières et des crématoriums). L’objectif du projet « COFUNERAIRE : co-construire une réponse funéraire en contexte de la pandémie du Covid-19 » est aussi d’apprécier les multiples impacts de ces aménagements sur les personnes endeuillées et d’analyser les ressources qu’elles ont pu développer pour faire face à cette situation singulière et les impossibilités auxquelles elles ont été confrontées.

Ces recherches se fondent sur une approche qualitative – observations, entretiens – principalement en France et en Suisse, mais également en Italie. Elles partent de l’hypothèse qu’en raison de l’étendue et de la durée de cette crise sanitaire, les conséquences en matière funéraire nécessite une réponse collective co-construite prenant en compte la reconnaissance et la sécurisation des pratiques professionnelles, la gestion des corps selon les recommandations tant sanitaires que sociales, la ritualité funéraire au moment du décès et lors des mois qui suivent.

Pour participer

Ce cycle de webinaires est organisé par le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le réseau des Umifre (unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger) du CNRS et du MEAE et dans le cadre du dispositif de coordination nationale Inserm/CNRS HS3PE-Crises (Crises sanitaires et environnementales – Humanités, sciences sociales, santé publique).

Le RnMSH, partenaire du dispositif national HS3P-CriSE

Le CNRS et l’Inserm ont créé courant mars 2020 une Coordination HS3P-CriSE Crises sanitaires et environnementales – Humanités, sciences sociales, santé publique, en lien avec les principaux acteurs dans ce domaine, en particulier la Conférence des Présidents d’Université, l’Institut national d’études démographiques (Ined), l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae) et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’EHESP (École des hautes études en santé publique), sous l’égide des Alliances Athéna, Aviesan et Allenvi, et en coordination avec le Réseau national des MSH, ainsi qu’avec les TGIR SHS, en particulier Progedo, et avec l’initiative du World Pandemic Research Network créée par le réseau des Instituts d’études avancés.

Consulter le site de la coordination : https://www.hs3pe-crises.fr/

Résultats de l’appel à projets blanc inter-MSH 2019-2020

Lancé en octobre 2019 par le Groupement d’intérêt Scientifique Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (RnMSH), l’Appel à projets inter-MSH a pour objectif d’apporter un premier soutien à des projets émergents ou visant un changement d’échelle d’action, et de développer la réflexion et la production de connaissances pluri et interdisciplinaires. 

Dix-neuf projets ont été retenus, dont trois associant la MSH Parus-Saclay :

Audin-Garcia Liliana, « HUMAVOX : Analyse acoustique et cognitive de la prosodie affective dans le soin gériatrique »

MSH porteuse : MSHA. MSH partenaire : MSH Paris-Saclay.

La communication affective est un aspect essentiel de la vie pour les personnes fragiles hébergées en établissement de santé. L’aspect relationnel est déterminant pour diminuer les troubles cognitivocomportementaux des patients mais aussi la souffrance des personnels soignants dans des situations difficiles. La méthode Humanitude est une technique de soins qui prétend apporter des compétences
de communication optimales et qui aujourd’hui devient un outil de travail émergent dans certains EHPADs. En effet, on observe une amélioration significative de la qualité de vie et une diminution des troubles comportementaux associés aux pathologies neurocognitives.Dans cette étude, nous nous intéressons à l’analyse de cette communication soignant-patient. Notre objectif est de développer des stratégies d’analyses multifactorielles (comportementale et linguistique) et multimodales (audio et vidéo) afin de créer un manuel des traits linguistiques et comportementaux de cette méthode de soin par des analyses objectives. Nous avons établi une équipe multidisciplinaire avec des compétences en neurosciences-cognitives,
informatique, mathématiques et linguistique afin de cerner les caractéristiques de cette méthode. Nous adopterons une approche centrée sur l’analyse de l’expression vocale et faciale du professionnel de santé en France d’une part, et d’autre part nous mettrons en relation nos résultats avec ceux obtenus au Japon afin d’identifier des traits universaux de cette méthode de soin.


Bonu Bruno, « Im-CASDI : Interaction et Médecine : les Catégories dans la Sous-Détection des Infarctus ».

MSH Porteuse : MSH Sud. MSH partenaire : MSH Paris-Saclay.

L’objectif de ce projet est d’analyser et d’optimiser la détection des « douleurs thoraciques » dans les appels d’urgence. Le problème posé dans la pratique urgentiste est la sous-détection des cas d’infarctus du myocarde ou Syndrome Coronarien Aigu (SCA). Ceux-ci représentent des volumes importants des interventions totales du SAMU. Nous focaliserons ainsi nos analyses sur la production de parole en situation, pour comprendre comment des troubles et des malentendus, et/ou des décalages interprétatifs émergent de manière dynamique, endogène, dans les appels d’urgence.L’étude des dossiers cliniques des groupes de patients identifiés comme victimes de SCA permettra lamise en relation des manifestations interactionnelles de la douleur thoracique avec les catégories des victimes d’infarctus non détectés (appartenance sexuelle, provenance géographique, classe d’âge,etc.). Les corpus seront constitués principalement par des enregistrements d’appels en provenance de la Base de Données du SAMU 75. Ils seront transcrits, organisés et pérennisés avec une politique de gestion des données. Le corpus sera complété avec une orientation ethnographique, par les activités d’aide. Les résultats de l’enquête interdisciplinaire permettront à la fois d’accompagner un processus d’innovation sociale par la formation des régulateurs, ainsi que de participer à la transformation technologique, par l’implémentation des Systèmes d’Aide à la Détection Médicale, pour améliorer, à terme, la détection du SCA.


Lhuilier Gilles, « IETE-Réseau : Les industries extractives face au tournant écologique : rente, stratégies, justice. Création d’un réseau scientifique et institutionnel inter-MSH sur les industries extractives.

MSH porteuse : MSHB. MSH partenaires : MSH Paris Nord, MSH Paris-Saclay.

Les industries extractives sont perçues comme la principale cause de la crise écologique globale. En conséquence : a/ le modèle économique, technologique et social de ces entreprises est bouleversé par le « tournant écologique » (transition vers le gaz, l’hydrogène, les terres rares, matériaux critiques, montée en puissance des populations locales ou des « non humains » ; formes hybrides de gouvernance ; mutations géopolitiques); b/ l’épistémè des sciences qui ont pour objet pétrole, gaz, et mines est transformée par l’ecological turn, dans ses objets et ses méthodes. Un champ scientifique nouveau dit des extractives studies apparaît : l’étude des industries extractives. Sous l’effet des impératifs de transition écologique, ce champ s’étend désormais aux questions sociales, technologiques et environnementales. Notre projet consiste à identifier (WP1 mapping), s’approprier (WP2 tooling) et structurer (WP3 framing) les transformations des industries extractives, en s’appuyant de manière novatrice sur des bases de données et leur exploitation interdisciplinaire (sciences sociales, sciences dures et praticiens). L’identification visera à définir les nouveaux objets, concepts et acteurs de ce champ scientifique, ainsi que les nouvelles méthodes qu’ils engagent. L’appropriation de ces méthodes, ensuite, impliquera la construction de bases de données et d’outils numériques originaux. L’institutionnalisation, enfin, impliquera la mise en place de plusieurs séminaires, de coopérations internationales, d’un réseau doctoral et d’une research nursery.

Consulter l’ensemble des projets retenus ICI

Appel à projets inter-MSH 2019-2020 – 05/05/2020

ATTENTION : la date de limite de dépôt des dossiers est reportée au 5 mai 2020

Le Groupement d’intérêt Scientifique Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (RnMSH) lance un appel à projets blanc inter-MSH.

Cet appel a pour objectif d’apporter un premier soutien à des projets émergents ou visant un changement d’échelle d’action, et de développer la réflexion et la production de connaissances pluri et interdisciplinaires. 

Seront privilégiés les projets et collaborations disciplinaires intra-SHS, ainsi que ceux qui présentent des perspectives innovantes d’un point de vue thématique, méthodologique. Seront privilégiés également les projets s’appuyant sur les dispositifs des MSH, dispositifs scientifiques ou plates-formes organisées nationalement ou régionalement au sein du Réseau des MSH. Par ailleurs, le Réseau encouragera le montage de projets associant les SHS aux sciences de la vie et de la santé, aux sciences de la nature et de l’environnement ainsi qu’aux sciences physiques, sciences du numérique et de l’ingénieur.

Cette année la soumission se déroulera en deux temps : d’abord une intention de soumission qui sera examinée et jugée conforme (ou non) par le Comité de direction du RnMSH, suivie, le cas échéant, du dépôt de projet complet, évalué par un jury ad hoc comprenant le Conseil scientifique du RnMSH.

Les propositions doivent impliquer au moins deux MSH et les porteurs des projets sont invités à prendre contact avec les directions des MSH concernées afin de construire le projet en cohérence et pour qu’elles puissent juger de l’opportunité d’appuyer le projet lors de la soumission préalable.

Les projets sélectionnés recevront un financement de 18 mois compris entre 5 000 € et 25 000 €. Toutes dépenses permettant de réaliser le projet sont autorisées, dans la mesure des règles propres aux établissements gestionnaires dont dépendent les MSH qui recevront le financement.

Calendrier et modalité de sélection

  • 25 octobre 2019 : lancement de l’appel à projets.
  • 1er décembre 2019 : date limite de dépôt des intentions de soumission.
  • Du 6 au 17 janvier 2020 : retour vers les porteurs de projet.
  • 5 avril 2020 : date limite de dépôt du projet.
  • 20 mai au 15 juin 2020 : expertise et évaluation des projets.
  • Fin juin 2020 : validation des résultats par le Comité directeur.
  • 1er septembre 2020 : Date de démarrage des projets.

À l’issue des projets, un rapport scientifique et financier devra être envoyé par le porteur du projet au RnMSH.

Le formulaire d’intention de soumission est disponible ci-joint. Il doit être envoyé à aap@msh-reseau.fr avant le 1 décembre 2019, après validation et signature des directions des MSH impliquées.

Le formulaire de soumission du projet complet (qui ne doit pas dépasser 5 pages) sera obligatoirement visé par les directions de MSH concernées et envoyé à aap@msh-reseau.fr avant le 5 avril 2020.

Des informations peuvent être obtenues à l’adresse :  aap@msh-reseau.fr

http://www.msh-reseau.fr/actualites/appel-projets-inter-msh-2019-2020

Guide de la Recherche « Les SHS et la protection des données à caractère personnel dans le contexte de la science ouverte »

Entré en application en mai 2018, le Règlement Général de Protection des Données (RGPD) proposé par l’Union européenne constitue le texte de référence en matière de protection des données à caractère personnel. Ce règlement interroge la communauté scientifique, particulièrement les sciences humaines et sociales qui utilisent fréquemment des données personnelles à des fins de recherche.

C’est ce qui a conduit à la rédaction d’un guide spécifique, pour fournir aux communautés de recherche en SHS une ressource les aidant à s’approprier ce nouveau cadre. Gaëlle Bujan, déléguée à la protection des données du CNRS, revient pour l’InSHS sur les propriétés de ce guide lié au RGPD.

Lire l’article dans la Lettre de l’InSHS :

http://www.inshs.cnrs.fr/sites/institut_inshs/files/download-file/lettre_infoINSHS_60.pdf

Consulter le guide :

Retour haut de page