Lancé en octobre 2019 par le Groupement d’intérêt Scientifique Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (RnMSH), l’Appel à projets inter-MSH a pour objectif d’apporter un premier soutien à des projets émergents ou visant un changement d’échelle d’action, et de développer la réflexion et la production de connaissances pluri et interdisciplinaires. 

Dix-neuf projets ont été retenus, dont trois associant la MSH Parus-Saclay :

Audin-Garcia Liliana, « HUMAVOX : Analyse acoustique et cognitive de la prosodie affective dans le soin gériatrique »

MSH porteuse : MSHA. MSH partenaire : MSH Paris-Saclay.

La communication affective est un aspect essentiel de la vie pour les personnes fragiles hébergées en établissement de santé. L’aspect relationnel est déterminant pour diminuer les troubles cognitivocomportementaux des patients mais aussi la souffrance des personnels soignants dans des situations difficiles. La méthode Humanitude est une technique de soins qui prétend apporter des compétences
de communication optimales et qui aujourd’hui devient un outil de travail émergent dans certains EHPADs. En effet, on observe une amélioration significative de la qualité de vie et une diminution des troubles comportementaux associés aux pathologies neurocognitives.Dans cette étude, nous nous intéressons à l’analyse de cette communication soignant-patient. Notre objectif est de développer des stratégies d’analyses multifactorielles (comportementale et linguistique) et multimodales (audio et vidéo) afin de créer un manuel des traits linguistiques et comportementaux de cette méthode de soin par des analyses objectives. Nous avons établi une équipe multidisciplinaire avec des compétences en neurosciences-cognitives,
informatique, mathématiques et linguistique afin de cerner les caractéristiques de cette méthode. Nous adopterons une approche centrée sur l’analyse de l’expression vocale et faciale du professionnel de santé en France d’une part, et d’autre part nous mettrons en relation nos résultats avec ceux obtenus au Japon afin d’identifier des traits universaux de cette méthode de soin.


Bonu Bruno, « Im-CASDI : Interaction et Médecine : les Catégories dans la Sous-Détection des Infarctus ».

MSH Porteuse : MSH Sud. MSH partenaire : MSH Paris-Saclay.

L’objectif de ce projet est d’analyser et d’optimiser la détection des « douleurs thoraciques » dans les appels d’urgence. Le problème posé dans la pratique urgentiste est la sous-détection des cas d’infarctus du myocarde ou Syndrome Coronarien Aigu (SCA). Ceux-ci représentent des volumes importants des interventions totales du SAMU. Nous focaliserons ainsi nos analyses sur la production de parole en situation, pour comprendre comment des troubles et des malentendus, et/ou des décalages interprétatifs émergent de manière dynamique, endogène, dans les appels d’urgence.L’étude des dossiers cliniques des groupes de patients identifiés comme victimes de SCA permettra lamise en relation des manifestations interactionnelles de la douleur thoracique avec les catégories des victimes d’infarctus non détectés (appartenance sexuelle, provenance géographique, classe d’âge,etc.). Les corpus seront constitués principalement par des enregistrements d’appels en provenance de la Base de Données du SAMU 75. Ils seront transcrits, organisés et pérennisés avec une politique de gestion des données. Le corpus sera complété avec une orientation ethnographique, par les activités d’aide. Les résultats de l’enquête interdisciplinaire permettront à la fois d’accompagner un processus d’innovation sociale par la formation des régulateurs, ainsi que de participer à la transformation technologique, par l’implémentation des Systèmes d’Aide à la Détection Médicale, pour améliorer, à terme, la détection du SCA.


Lhuilier Gilles, « IETE-Réseau : Les industries extractives face au tournant écologique : rente, stratégies, justice. Création d’un réseau scientifique et institutionnel inter-MSH sur les industries extractives.

MSH porteuse : MSHB. MSH partenaires : MSH Paris Nord, MSH Paris-Saclay.

Les industries extractives sont perçues comme la principale cause de la crise écologique globale. En conséquence : a/ le modèle économique, technologique et social de ces entreprises est bouleversé par le « tournant écologique » (transition vers le gaz, l’hydrogène, les terres rares, matériaux critiques, montée en puissance des populations locales ou des « non humains » ; formes hybrides de gouvernance ; mutations géopolitiques); b/ l’épistémè des sciences qui ont pour objet pétrole, gaz, et mines est transformée par l’ecological turn, dans ses objets et ses méthodes. Un champ scientifique nouveau dit des extractives studies apparaît : l’étude des industries extractives. Sous l’effet des impératifs de transition écologique, ce champ s’étend désormais aux questions sociales, technologiques et environnementales. Notre projet consiste à identifier (WP1 mapping), s’approprier (WP2 tooling) et structurer (WP3 framing) les transformations des industries extractives, en s’appuyant de manière novatrice sur des bases de données et leur exploitation interdisciplinaire (sciences sociales, sciences dures et praticiens). L’identification visera à définir les nouveaux objets, concepts et acteurs de ce champ scientifique, ainsi que les nouvelles méthodes qu’ils engagent. L’appropriation de ces méthodes, ensuite, impliquera la construction de bases de données et d’outils numériques originaux. L’institutionnalisation, enfin, impliquera la mise en place de plusieurs séminaires, de coopérations internationales, d’un réseau doctoral et d’une research nursery.

Consulter l’ensemble des projets retenus ICI