Edition

Numéro 39 de terrains & travaux

Numéro 39 de terrains & travaux :
questions raciales / questions urbaines

Le numéro 39 (2021/2) de terrains & travaux, revue hébergée par la MSH Paris-Saclay, vient de paraître !

questions raciales / questions urbaines

Numéro coordonné par Élise Palomares et Guillaume Roux

Le n° 39 (2021/2) de terrains & travaux est constitué d’un dossier thématique consacré aux questions raciales / questions urbaines, ainsi que de deux articles hors dossier.

Sommaire

QUESTIONS RACIALES / QUESTIONS URBAINES

  • Quand les politiques urbaines font exister la race, Introduction, par Élise Palomares et Guillaume Roux
  • Georges Martin, un fonctionnaire ordinaire de l’administration coloniale française à Lyon (1940-1960), par Fatiha Belmessous
  • Les couleurs du logement social. Racialisations croisées et marquages de l’habiter en Guyane française, par Clémence Léobal
  • Insécurité et (re)négociation des frontières ethno-raciales. Les mobilisations d’habitants chinois contre les agressions en Seine-Saint-Denis, par Ya-Han Chuang et Aurore Merle
  • Entre développement international et sécurité locale. Genèse de la rencontre de deux politiques municipales envers des populations ethnicisées, par Maxime Royoux
  • « J’ai pour ma part tendance à éviter cela». Une politique alimentaire « aveugle à la couleur » dans La Nouvelle-Orléans post-Katrina, par Nicolas Larchet
  • Les nouvelles frontières de la ségrégation ethnique à Détroit. Politique de peuplement et marché immobilier en contexte « colorblind », par Henri Briche
  • Racialiser les locataires. Naissance de politiques de peuplement et entreprises de catégorisation dans deux cités HLM, par Violette Arnoulet et Mariana Tournon
  • Sous la mixité sociale, la race. Les impasses renouvelées d’une politique publique, par Collectif API

HORS DOSSIER

  • Naître déjà fille ou garçon. Processus d’humanisation et de sexuation du fœtus pendant la grossesse, par Gaëlle Larrieu
  • Écrire l’absence. Les liens secrets de l’accouchement sous X, par Éva Maginot et Sébastien Roux

Diffusion

Ce numéro est disponible en version papier et en version électronique via le portail Cairn.

Numéro 38 de terrains & travaux : « La raison modélisatrice »

Le numéro 38 (2021/1) de terrains & travaux, revue hébergée par la MSH Paris-Saclay, est paru en novembre 2021.

La raison modélisatrice

Numéro coordonné par Henri Boullier, Lise Cornilleau, Jean-Noël Jouzel et Pierre-André Juven

Le n° 38 (2021/1) de terrains & travaux est constitué d’un dossier thématique consacré à la raison modélisatrice, ainsi que de trois articles hors dossier.

Sommaire :

  • La raison modélisatrice
    • «  »En attendant d’autres données« . Raison modélisatrice, incertitudes et pièges de l’abstraction », Introduction par Henri Boullier, Lise Cornilleau, Jean-Noël Jouzel et Pierre-André Juven
    • « Un marché très exclusif. Les acteurs de la modélisation des réformes de protection maladie aux États-Unis (1993-2010) » par Ulrike Lepont
    • « Mesurer le risque d’inondation en ville. Une modélisation sous contraintes » par Sofia Guevara Viquez
    • « Le modèle qui cache la forêt. Les communautés de la recherche forestière à l’épreuve de l’impératif modélisateur » par Antoine Dolez
    • « Circulez, il n’y a rien à voir. Modèles, incertitudes et santé au travail dans l’industrie nucléaire » par Laura Barbier et Soraya Boudia
  • Hors dossier
    • « Les étudiants des catégories populaires face à la décohabitation familiale. Recherche de logement et perception de sa place dans la société » par Pascale Dietrich-Ragon
    • « S’accorder, vouloir dire et être reconnu·e au cours d’un entretien. Le cas des entretiens de recherche avec des personnes catégorisées « trisomiques » » par Yann Beldame et Laura Silvestri
    • « Manager des villes vs manager des champs. L’influence de la localisation du magasin sur le travail et l’emploi  » par Florent Racine

Diffusion :

Ce numéro est disponible en version papier et en version électronique via le portail Cairn.

Numéro 36-37 de terrains & travaux : « vingt ans après »

Le numéro 36-37 (2020/1-2) de terrains & travaux, revue hébergée par la MSH Paris-Saclay, est paru en novembre 2021.

vingt ans après

Numéro anniversaire

Le n° 36-37 (2020/1-2) de terrains & travaux est un numéro anniversaire publié pour les 20 ans de la revue. Il est constitué d’un dossier thématique consacré aux 20 ans de la revue, ainsi que de cinq articles hors dossier.

Sommaire :

  • Vingt ans après
    • « Avoir 20 ans en 2020 », Éditorial par le Comité éditorial
    • « Une protohistoire de terrains & travaux (1995-2005) » par Gilles Bastin, Laure Bonnaud, Olivier Le Noé, Ashveen Peerbaye et Pierre-Paul Zalio
    • « terrains & travaux, 2000-2019. Une analyse de vingt années de production » par Éric Dagiral, Ashveen Peerbaye et Caroline Vincensini
    • « Que voir ? Que faire ? Enquêter en sciences sociales avec Élisabeth Claverie et Nicolas Dodier », Entretien réalisé par Vincent-Arnaud Chappe et Milena Jakšić
  • Hors dossier
    • « Observer les odeurs, agirs sur les affects. Enquête sur la gestion des nuisances olfactives » par François-Joseph Daniel
    • « À l’ombre du Panthéon : ethnographier les sans-abri à Rome » par Pierre-Olivier Weiss
    • « L’interprétariat à la Cour nationale du droit d’asile. Lorsque le récit est transporté par la parole d’un tiers » par Anaïk Pian
    • « Les jeunes exilés face au ralentissement institutionnel. Contribution à une sociologie des temporalités » par Adeline Perrot
    • « Enquêtes statistiques et approches intersectionnelles. Considérations pour l’élaboration d’une enquête sur les violences de genre dans les Outre-mer » par Meoïn Hagège et Stéphanie Condon

Diffusion :

Ce numéro est disponible en version papier et en version électronique via le portail Cairn.

Numéro 213 de L’Homme & la Société : « Théâtralité de la machine »

Le numéro 213 (2020/2) de L’Homme & la Société, revue hébergée par la MSH Paris-Saclay, vient de paraître !

Théâtralité de la machine

Coordonné par Florent Le Bot

Les articles proposés dans ce dossier travaillent l’analogie entre l’homme et la machine à travers notamment la littérature contemporaine et le cinéma. E. T. A. Hoffmann, Abdelkébir Khatibi, Henri Michaux, ainsi qu’un ensemble d’œuvres littéraires et cinématographiques de science-fiction sont mobilisés dans cette perspective.
La machine y apparaît non dans ses usages pratiques, en tant qu’objet technique de production, mais comme miroir des désirs, des rêves, des fantasmes et des cauchemars humains. Ce faisant, la machine participe d’un dispositif social dont l’étude permet de dégager des ressorts de violence et de domination que l’on sait à l’œuvre dans les rapports humains en général, dans ceux du genre en particulier. La femme-machine, objet de tous les fantasmes, représente ainsi l’acmé de ce dispositif.
La machine dans sa théâtralité donne à voir autre chose que des rapports de production, un imaginaire de l’efficience, de la performance et de la productivité,
de la mesure, du contrôle et du pouvoir, qui, au-delà de l’art, a participé à l’élaboration de l’idée de modernité et contribué à naturaliser le capitalisme comme industrialisme machinique.
La machine qui semble pourtant concrétiser le vieux rêve conservateur de l’homme de survivre à son obsolescence programmée, sera-t-elle en fait l’outil résolu de sa perte ? La volonté du capitalisme de se perpétuer coûte que coûte se concrétisera-t-elle au prix de notre humanité défaillante ? La créature va-t-elle échapper à son créateur ? Ce dernier va-t-il en succomber ?
L’amour est-il encore possible dans cette distanciation par la machine ?
Tant de questions au cœur de ce numéro de L’Homme & la Société.

Illustration de couverture : Photographie de Thérèse Bonney, vers 1929. Mannequin de femme portant un collier de Justin Dusausoy © Ministère de la Culture -Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / Thérèse Bonney.

Sommaire :

  • Éditorial
    • « Retrouver nos querelles » par Pierre Bras
  • Dossier
    • « Introduction. Théâtre de la machine, empire des sens » par Florent Le Bot
    • « Un genre de machine. Les androïdes féminins de la science-fiction » par Raphaël Faon
    • « La figure ambivalente de l’automate chez E. T. A. Hoffmann » par Ingrid Lacheny
    • « Le « petit-être » et les machines dans les sections « Liberté d’action » et « Apparitions » du recueil La Vie dans les plis de Henri Michaux (1949) » par Audrey Caquel
    • « De l’Homme-machine à la machine littéraire. Désir, mobilité et altérité dans Féerie d’un mutant d’Abdelkébir Khatabi » par Khalid Lyamlahy
    • « Ex Machina d’Alex Garland : Femme-machine et Fille d’Ève » par Julie Hugonny
    • « Sur le versant sombre des futurs économiques. Les mutations du capitalisme sous le prisme du cyberpunk » par Yannick Rumpala
  • Hors-dossier
    • « Droits LGBT en Colombie. L’histoire à succès d’une mobilisation par le droit (et ses limites) » par Olga L. González
  • Comptes rendus
    • « B. Hours & M. Selim, L’Empire de la morale, 2020″ par Louis Moreau de Bellaing
    • « P.-D. Clément, Animal inc. c. Adam & Ève, 2020″ par Louis Moreau de Bellaing
  • Résumés/Abstracts

Diffusion :

  • Ce numéro est disponible en version papier ou PDF sur le site de L’Harmattan.
  • Il sera également disponible en version électronique sur Cairn.info.

Numéro 8 de la collection « ACTES » de la MSH Paris-Saclay : Énergies « nouvelles » et société

Énergies « nouvelles » et société

La transition énergétique actuelle
à la croisée des chemins et des savoirs

Workshop MOMENTOM (MSH Paris-Saclay, 21 novembre 2019)

Sous la direction de Patrick Schembri et Hynd Remita


Éditeur : MSH Paris-Saclay Éditions
Lieu d’édition :
Gif-sur-Yvette
Année d’édition :
2021
Nombre de pages :
184 p.
ISBN :
978-2-490369-07-2

Collection : Actes
Numéro dans la collection : 8
ISSN : 2800-7891
DOI : https://doi.org/10.52983/AXHC1128
Publication en ligne : 01/09/2021


Les articles présentés dans cet ouvrage sont issus du Workshop MOMENTOM (MOlecules and Materials for the ENergy of TOMorrow) qui s’est déroulé le 21 novembre 2019 à la MSH Paris-Saclay.

Les mutations importantes imposées par l’urgence climatique, la digitalisation accélérée des activités économiques et la crise sanitaire interrogent la manière dont on comprend le monde et ses évolutions. À ce titre, l’énergie demeure au centre des débats sur l’avenir des sociétés. Les deux derniers siècles ont été marqués par des progrès considérables, qui ont reposé sur un usage intensif des ressources énergétiques à l’origine de problèmes d’ordres écologique et technologique. Les réponses actuelles proposées reposent à la fois sur la pleine maîtrise de la consommation d’énergie et la forte pénétration des sources renouvelables dans les mélanges énergétiques utilisés. Or, ces réponses sont sources de défis pour les acteurs des filières énergétiques, les usagers et les décideurs politiques. En effet, la transition énergétique actuelle doit promouvoir la sobriété énergétique requise pour préserver la stabilité du climat, tout en garantissant le droit d’accès à une énergie bon marché.

Comment pareille transition rencontre-t-elle le droit par référence à la protection des libertés individuelles et à la garantie de la sécurité de chacun ? Sous quelles conditions les innovations technologiques, telles que la solution hydrogène pour la mobilité et la batterie pour le stockage de l’énergie électrique, peuvent-elles être déployées à grande échelle ? Quels sont les obstacles à l’appropriation par les usagers des technologies contribuant à la maîtrise de leur consommation d’énergie ? Telles sont les questions traitées dans cet ouvrage qui rassemble des contributions présentées lors du workshop MOMENTOM (MOlecules and Materials for the ENergy of TOMorrow) du 21 novembre 2019 à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay. S’inscrivant dans le cadre de l’Initiative de Recherche Stratégique du même nom, l’approche originale adoptée dans ces pages vise à croiser les regards de chimistes, économistes et juristes sur les modèles de référence et autres systèmes de représentation de la transition énergétique actuelle.

Sommaire :

Référence du livre :

SCHEMBRI Patrick & REMITA Hynd (dir.), 2021. Énergies « nouvelles » et société. La transition énergétique actuelle à la croisée des chemins et des savoirs. Workshop MOMENTOM (MSH Paris-Saclay, 21 novembre 2019), Gif-sur-Yvette, MSH Paris-Saclay Éditions. Mis en ligne le 01/09/2021. DOI : https://doi.org/10.52983/AXHC1128

Version numérique :

Téléchargez gratuitement le PDF de l’ouvrage :

Version papier :

Merci de nous adresser une demande via le formulaire ci-dessous :

Numéro 212 de L’Homme et la Société : « Normes du droit du travail en France »

Le numéro 212 (2020/1) de L’Homme & la Société, revue hébergée par la MSH Paris-Saclay, est paru en juillet 2021.

Normes du droit du travail en France

Coordonné par Vincent Bourdeau, Alexis Cukier et Luca Paltrinieri

La contestation des lois Travail en France, entre 2016 et 2020, puis des dispositions concernant le travail dans la Loi du 23 mars 2020 instituant « l’état d’urgence sanitaire », a été l’occasion d’une réactualisation d’un débat théorique et politique au sujet de la question des normes du droit du travail. D’où viennent ces normes spécifiques au droit du travail et au droit social en France, et sur quels diagnostics, conflits et revendications ont-elles été construites ? Suffit-il, pour comprendre les contre-réformes récentes du Code du travail, de les qualifier de « néolibérales » ? Enfin, quelle forme peut prendre aujourd’hui le projet d’un droit du travail émancipateur ?
Ce dossier réunit des contributions de juristes, d’historien·ne·s, de sociologues et de philosophes qui examinent l’émergence et le développement du modèle français du droit du travail – en revenant notamment sur les débats autour de la naissance du droit du travail et du droit social au XIXe siècle, puis en cherchant à interpréter leur évolution aux XXe et début du XXIe siècles. Cette enquête d’ordre socio-historique est cependant indissociable d’une réflexion de nature épistémologico-critique, concernant le rapport entre les diverses formes de normativité du travail : juridiques, mais aussi économiques, sociales et politiques. Ce dossier entend proposer un diagnostic tout en contribuant à un questionnement politique plus général, au sujet du sens du travail, de son rapport à la démocratie et de sa centralité, dans le mode de production capitaliste, mais aussi dans un possible au-delà du capitalisme.

Illustration de couverture : Affiche de la CGT en faveur de l’application de la loi des 8 heures © Doumenq Félix « Collection La contemporaine ».

Sommaire :

  • Éditorial (I)
    • « De la sommation de la cancel culture à la dénonciation de l’islamo-gauchisme » par Bernard Hours
  • Éditorial (II)
    • « Anaturalisme et auto-émancipation » par Michel Kail
  • Dossier
    • « Introduction. Le travail, enjeux normatifs, juridiques et politiques : un état des lieux » par Vincent Bourdeau, Luca Paltrinieri et Alexis Cukier
    • « La législation d’un métier illicite : les premiers statuts des ménestrels parisiens (1321-1407) » par Pierre Pocard
    • « Le rapport de travail en France au XIXe siècle : un rapport marchand ? » par Claire Lemercier
    • « Organiser, réglementer ou démocratiser le travail ? Lectures croisées de Durkheim, Taylor et Friedmann » par Mélanie Plouviez
    • « Du mot à la chose : le travail (dé)construit par le droit ? Du travail normatif à la normativité du travail » par Claude Didry
    • « Le tournant entrepreneurial du droit du travail en France (1982-2017). Politiques néo-libérales, aggiornamento académique et espace de production d’un « sens commun » » par Laurent Willemez
    • « La philosophie juridique des réformes en cours » par Michèle Bonnechère
    • « Les regroupements de livreurs à vélo : une application de L’Idée du Droit social de Georges Gurvitch » par Garance Navarro-Ugé
    • « Le salaire et la propriété de l’outil, droits économiques de la personne » par Bernard Friot
    • « Passé, présent et désir de démocratie dans l’entreprise ». Entretien avec Emmanuel Dockès, réalisé en juin 2020 à Paris, par Vincent Bourdeau et Alexis Cukier
  • Hors-dossier
    • « Statut politique et sujet singulier. Le subjectif de l' »apatrié » » par Saverio Tomasella et Louis Moreau de Bellaing
  • Comptes rendus
    • « P. Biligha Tolane, Les Travailleuses du sexe chinoises..., 2017″ par Louis Moreau de Bellaing
    • « D. Clément, L’Écho des autres…, 2017″ par Louis Moreau de Bellaing
    • « P. Grassi, Terreur à Guatemala-Ville…, 2018″ par Louis Moreau de Bellaing
    • «  »Les entreprises de marchandises morale », Multitudes, 72 (3), 2017″ par Louis Moreau de Bellaing
  • Résumés/Abstracts

Diffusion :

  • Ce numéro est disponible en version papier ou PDF sur le site de L’Harmattan.
  • Il est également disponible en version électronique sur Cairn.info.

Parution du numéro 42 de la revue Sociologies Pratiques

Présentation du numéro 42 de la revue Sociologies Pratiques : « Manager en proximité, quel travail ? »

Coordination scientifique :

Pascal Ughetto, professeur de sociologie à l’Université Gustave Eiffel, chercheur au Laboratoire techniques, territoires et sociétés (LATTS)

Coordination éditoriale :

Marie Benedetto-Meyer, maitresse de conférence à l’Université de technologie de Troyes, chercheure associée au laboratoire Printemps

Nathalie Hugot, consultante à l’Association pour l’emploi des cadres (APEC), chercheure associée au Centre Maurice Halbwachs (CMH)

Alors que l’effectif de l’encadrement intermédiaire ne cesse d’augmenter depuis quarante ans, que savons-nous réellement de celles et ceux que l’on dénomme les « managers de proximité » ? Comment leur fonction évolue-t-elle dans un contexte de mutation du monde du travail et des organisations et de promesses récurrentes de raccourcissement des lignes hiérarchiques ? Comment recomposer une activité dont la contribution est régulièrement remise en question ? Par quels moyens et avec quelle légitimité exercent-ils aujourd’hui leur activité ? Telles sont les interrogations à l’origine de ce numéro. Pour ne pas s’en tenir à constater le rôle difficile que ces managers exercent (au contact régulier et direct avec les exécutants, et sommés de mettre en place la stratégie de l’entreprise), et pour aller au-delà de l’hétérogénéité des statuts, d’intitulés de postes, et de trajectoires de ces managers, le numéro privilégie une entrée par l’activité de ces managers. Les neuf contributions à ce numéro (sept articles et deux entretiens) permettent de mieux comprendre leur travail en train de se faire et saisir ce que recouvre aujourd’hui cette activité en pratique, à partir d’enquêtes empiriques réalisées auprès d’acteurs de terrain, afin de mettre en relief la capacité des managers, même sous contraintes, à réguler, articuler, construire et donner du sens à l’activité et à réaliser, en somme, un « travail d’organisation ».

Deux dimensions sont particulièrement mises en lumière à travers ce numéro :  

La première concerne la manière dont le management est saisi et se saisit des outils de gestion et des modes managériales. Les dispositifs (tableaux de bords, process,..)  sont étudiés dans leur double dimension, c’est-à-dire comme étant à la fois des outils de cadrage et de rationalisation des activités (au risque d’éloigner les managers des réalités du terrain), mais également comme autant de « prises » au service de l’action et la réalisation du travail d’articulation et de régulation, permettant l’objectivation, la mise en débat ou l’accompagnement cette fois au plus près des activités des équipes.

La deuxième est relative à la définition des compétences managériales et à la position professionnelle et sociale de ces managers. Sur ce point, les articles apportent un éclairage sur la tension entre, d’une part, une volonté de maintenir une image valorisante du manager et de ses compétences en les objectivant, de conserver le prestige social de la fonction et de continuer à faire de l’encadrement un « passage obligé » dans les carrières, et d’autre part la représentation écornée de cette activité, son caractère ingrat, « impossible », entre proximité avec les exécutants et relais des injonctions hiérarchiques.

 Au final, le numéro montre à quel point manager en proximité est un travail, et met en relief la matérialité de ce travail dont l’art consiste à articuler logiques de gestion et situations concrètes. Il s’inscrit dans la volonté de rendre plus clair l’enjeu d’un progrès de la réflexion sur cette catégorie, sans céder à toute simplification.

Vient de paraître aux EMSHA : Violence et Société

Violence et Société

Composition sonore et film expérimental

Javier Elipe Gimeno (dir.)

Violence et Société

Miroir de notre société, le film expérimental en reflète aussi les problématiques. Cette mise en lumière du réel s’accompagne d’un travail de composition sonore dont il s’agit d’examiner la place dans la construction du sens et dans l’expression de la violence. Quel rôle joue le son dans la composition audiovisuelle ? Quelles sont les fonctions de la composition musicale ? Quels sont les moyens du traitement sonore ? Comment la composition sonore articule-t-elle la temporalité du film ? Cette publication questionne la relation entre image et son, mêlant les origines, les disciplines et les approches de cinéastes et des œuvres de tous horizons : Aldo Tambellini, Bakary Diallo, Clio Simon, Christoph Girardet, Matthias Müller, Guli Silberstein, Randa Maroufi, Philippe Rouy et Nam June Paik.

EAN électronique : 9791036577604

Pour consulter cet ouvrage et obtenir plus d’informations : cliquez ici.

Vient de paraître aux EMSHA : Traité de documentation

Traité de documentation.
Le livre sur le livre. Théorie et pratique

Paul Otlet

Traité de documentation. Couverture. 2021

La version du Traité de documentation que nous publions ici reproduit l’original paru en 1934 aux Editions Mundaneum à Bruxelles. Nous avons choisi de mettre en ligne non seulement la version HTML intégrale de ce fameux traité mais aussi, pour la première fois, la reconstitution (mise en page, polices), en format PDF texte, de l’original écrit par Paul Otlet. Nous y avons attaché une préface d’Olivier Le Deuff et une postface de Bertrand Müller.

Cet ouvrage est consacré à un exposé général des notions relatives au Livre et au Document, à l’emploi raisonné des éléments qui constituent la Documentation.

Une rationalisation du Livre et du Document s’impose, partant d’une unité initiale, s’étendant à des groupes d’unités de plus en plus étendus, embrassant finalement toutes les unités, existantes ou à réaliser, en une organisation envisageant, à la base, l’entité documentaire individuelle que forme pour chaque personne la somme de ses livres et de ses papiers.

Le présent ouvrage en donne une esquisse générale et en présente une méthode coordonnée.

Le présent Traité vise avant tout à dégager des faits, des principes, des règles générales et à montrer comment la coordination et l’unité peuvent être obtenues.

Cette coordination, cette unité, l’Institut International de Bibliographie, l’Office International joint à lui, les Instituts qui coopèrent au Palais Mondial, le Mundaneum, s’efforcent depuis leur fondation en 1893, en 1895 et en 1920, de les étudier, de les définir, d’en faire une réalité vivante et tangible. Les Congrès internationaux de ces organismes, et d’autres, ont arrêté déjà un ensemble important de données régulatrices.

L’objectif est de préparer ainsi de nouvelles ententes, de nouvelles standardisations, de nouvelles œuvres à établir et à sanctionner en commun.

EAN électronique : 9791036566400

Pour consulter cet ouvrage et obtenir plus d’informations : cliquez ici.

Retour haut de page