Petits déjeuners Durkheim

Petits déjeuners Durkheim
10 juin 2022

Petits déjeuners Durkheim

INFORMATIONS

La 6e séance de la saison 2022 des Petits déjeuners Durkheim, soutenus par la MSH Paris-Saclay, aura lieu vendredi 10 juin 2022 en présentiel à partir de 10h et en distanciel à partir de 10h30. L’entrée est libre.

Présentation de l’ouvrage :

Histoire d’un livre : l’Histoire de France
de Victor Duruy

De Jean-Charles Geslot (UVSQ)

Paris, CNRS éditions, 2022

Discutant : Patrick Garcia (Cergy Paris université).

Pour participer à la séance à distance SUIVEZ CE LIEN ZOOM

Présentation de l'ouvrage

Ce livre traite d’un autre livre à succès du XIXe siècle. Le livre en question est Histoire de France : paru en 1858, il a connu un succès digne de Michelet ou de Lamartine, et a été plusieurs fois réédité jusqu’à la Première Guerre mondiale. Son auteur, Victor Duruy, historien, ministre de l’Instruction publique, participe ainsi à la construction et à la diffusion du récit national, en profitant de l’essor de l’édition scolaire et de la vulgarisation historique.
Dénouant, étape après étape, tous les fils de ce qui fait le livre, l’auteur mène l’enquête, dans les bureaux de l’historien et de l’éditeur comme dans ceux de l’imprimeur et nous fait entrer dans les librairies et les bibliothèques ; il va à la rencontre des lecteurs, écoliers et professeurs, de classes sociales et d’horizons divers et ainsi nous plonge dans les débats de l’époque opposant critiques et journalistes sur leurs visions de la France. Ce livre propose en somme une synthèse originale, sous la forme d’un essai d’histoire culturelle et nous en apprend beaucoup sur les modes d’élaboration et de circulation du livre et les pratiques de lecture du second XIXe siècle.

Jean-Charles Geslot est historien, maître de conférences à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), et membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC).

Pour trouver ce livre dans son intégralité, rendez-vous sur CNRS Editions.

Retrouvez le programme des petits déjeuners de la saison 2022 ici.

Petits déjeuners Durkheim
20 mai 2022

Petits déjeuners Durkheim

INFORMATIONS

La 5e séance de la saison 2022 des Petits déjeuners Durkheim, soutenus par la MSH Paris-Saclay, aura lieu vendredi 20 mai 2022 en présentiel à partir de 10h et en distanciel à partir de 10h30.

Présentation de l’ouvrage :

2002. Genèse d’une loi sur les musées

De Marie Cornu (ENS Paris-Saclay) et Jérôme Fromageau

Paris, comité d’histoire du ministère de la culture, la documentation française, 2022

Discutante : Julie Verlaine, maîtresse de conférence en histoire culturelle contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Pour participer à la séance à distance : lien Zoom

Présentation de l'ouvrage

Ce livre expose l’histoire de la loi sur les musées de France adoptée en 2002.

Marie Cornu est juriste à l’Institut des Sciences sociales et Politique (ISP) et directrice de recherches au CNRS.

Jérôme Fromageau dirige les enseignements de droit de
l’École du Louvre. Il est aussi et chercheur associé à l’SP et président de l’ISCHAL (Société internationale pour la recherche sur le droit du patrimoine culturel et le droit de l’art).

Retrouvez le programme des petits déjeuners de la saison 2022 ici.

Petits déjeuners Durkheim
15 avril 2022

Petits déjeuners durkheim

La 4e séance de la saison 2022 des Petits déjeuners Durkheim, soutenus par la MSH Paris-Saclay, aura lieu vendredi 15 avril 2022 en présentiel à partir de 10h et en distanciel à partir de 10h30.

Lien de la visioconférence : https://us02web.zoom.us/j/89964488664?pwd=bGtURWMvNTF3SWtoOEJhUTducHpXUT09

Femmes en prison et violences de genre.
Résistances à perpétuité

De Natacha Chetcuti-Osorovitz (CentraleSupelec)
Discutant : Pierre Guibentif (MSH Paris-Saclay)

Éditeur : La Dispute éditions
Collection : Le genre du monde
ISBN : 9782843033056
Date de parution : 28 mai 2021
288 p.

Présentation de l’ouvrage

Femmes déviantes, rebelles, violentes… C’est à rebours de ces stéréotypes que cet ouvrage se consacre aux femmes incarcérées pour de longues peines.

Natacha Chetcuti-Osorovitz, en s’appuyant sur les récits de détenues, reconstruit des itinéraires marqués par la violence de genre que ces femmes ont subi en amont de leur passage à l’acte et de leur condamnation. C’est à la mise en évidence de ce continuum de violences que tient d’abord l’originalité de ce livre. Dans le même esprit, l’auteure montre comment le parcours pénal est façonné par un dispositif disciplinaire où les femmes doivent se conformer à l’ordre social de genre. In fine, cette ethnographie de longue durée traite de ces questions d’actualité que sont la carcéralisation, le consentement, les violences de genre et l’émancipation. Femmes en prison et violences de genre. Résistances à perpétuité redonne et reconnaît ainsi à ces détenues leur pleine humanité.

L’autrice

Natacha Chetcuti-Osorovitz est sociologue, maîtresse de conférences HDR à CentraleSupélec et chercheure permanente au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES, UMR 8533), à l’ENS Paris-Saclay. Elle est spécialiste de l’épistémologie féministe, des violences de genre, de la sociologie carcérale et du lesbianisme.

Petits déjeuners Durkheim
11 mars 2022

Petits déjeuners Durkheim

La troisième séance de la saison 2022 des Petits déjeuners Durkheim, soutenus par la MSH Paris-Saclay, aura lieu vendredi 11 mars 2022 en distanciel à partir de 10h30. (En attente de savoir si la séance pourra également avoir lieu en présentiel).

Lien de la visioconférence :
https://cyu-fr.zoom.us/j/93903183076?pwd=M2xCMlZkeDlnMjdOWVJvMFpkOVNVdz09

Le commode et l’accessoire.
Le commerce des biens de consommation au XVIIIe siècle (Lorraine, v. 1690 – v. 1790)

De Julien Villain (UEVE)
Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2021.
Discutante : Anne Conchon (Université Paris 1)

Partant d’une discussion du modèle de la « révolution industrieuse » développé par Jan de Vries, cette enquête entend évaluer à partir du cas des marchands-drapiers, des merciers et des épiciers de Lorraine l’ampleur de l’évolution des niveaux de consommation au siècle des Lumières. Les détaillants lorrains proposaient une offre de biens étendue et fréquemment renouvelée, largement issue des fabriques des régions voisines. Ils formaient un appareil commercial dense, sophistiqué et hiérarchisé. Dès le début du XVIIIe siècle, ils étaient nombreux dans les villes, les bourgs et les campagnes.

Avec le soutien de l’IDHE.S (UMR 8533) et de l’université d’Évry-Val d’Essonne / Paris-Saclay

Petits déjeuners Durkheim
4 février 2022

Petits Déjeuners Durkheim

La deuxième séance de la saison 2022 des Petits déjeuners Durkheim, soutenus par la MSH Paris-Saclay, aura lieu vendredi 4 février 2022 en distanciel à partir de 10h30.

Lien de la visioconférence :
https://us02web.zoom.us/j/83135556740?pwd=TmtlZHFpbmFsUHVNR1lMdldCOW1VQT09

Les biens communs en perspectives, Propriété, travail, valeur (XVIIIe-XXIe siècle)

Coordonné par : Christian Bessy (ENS Paris-Saclay) et Michel Margairaz (dir.)
Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2021.
Discutante : Marie Cornu (ENS Paris-Saclay)

Cet ouvrage propose une approche pluridisciplinaire des biens communs, ni prescriptive, ni soucieuse de définir une voie nouvelle – à l’inverse de ce que certains auteurs ont pu proposer, croyant y voir une perspective radicalement renouvelée –, dépassant ainsi l’alternative entre propriété privée et propriété publique.

En adoptant la perspective heuristique des biens communs, les auteurs ici rassemblés questionnent la dynamique des trois institutions majeures de l’économie (capitaliste), lesquelles scandent et structurent l’ouvrage, que sont la propriété, le travail et la valeur, ainsi que leur imbrication qui suscite différents modes d’organisation des activités et de la vie démocratique. Les douze contributions participent ainsi à la construction d’un cadre analytique permettant d’étudier précisément les modes de gouvernance, les structures de propriété et les évolutions des activités économiques. Cet ouvrage analyse en particulier le processus historique suivant lequel l’État, après avoir été l’ « englobant » – par la définition et la garantie d’un service public –, devient aujourd’hui l’« englobé », du fait des contraintes imposées par d’autres figures ou personnes morales représentant l’action publique, impulsant diverses transformations sociales (transport, urbanisme, culture, environnement, patrimoine, finance…). Ce faisant, les auteurs invitent aussi à être attentif au maintien de formes de copropriété – toujours menacées par des acteurs dominants cherchant à acquérir la pleine propriété de certains actifs afin de les valoriser au mieux sur les marchés.

Contributions de :
Michela Barbot, Christian Bessy, Mathieu Cocq, Anne Conchon, Antonella Corsani, Delphine Corteel, Claude Didry, Marc Loriol, Dominique Margairaz, Michel Margairaz, Jean-Luc Mastin, Maud Simonet, Line Spielmann, Éric Szulman, Marta Torre-Schaub et Philippe Verheyde.

Petits déjeuners Durkheim
14 janvier 2022

Petits déjeuners Durkheim

La première séance de la saison 2022 des Petits déjeuners Durkheim, soutenus par la MSH Paris-Saclay, aura lieu vendredi 14 janvier 2022 en distanciel uniquement à partir de 10h30.

Lien de la visioconférence :
https://us02web.zoom.us/j/85241710673?pwd=ZStNVVgyd2o3MTh1cW1DdHhGejBZUT0

Les frères Bonneff, reporters du travail

De Nicolas Hatzfeld (UEVE)
Paris, Classiques Garnier, 2021. 
Discutant : Jean-Charles Geslot (UVSQ)

Articles publiés dans L’Humanité de 1908 à 1914

Résumé : À la veille de la Première Guerre mondiale, les frères Bonneff explorent le monde du travail pour L’Humanité. Ils notent les techniques, les conditions de travail et les modes de vie. Dans ce livre sont édités cent de leurs articles précédés d’une biographie et suivis d’une postface qui éclaire cette fresque exceptionnelle.

Nombre de pages : 415
Parution : 29/09/2021
Collection : Archives du travail, n° 1

Autres informations

  • ISBN : 978-2-406-12320-0
  • ISSN : 2803-5194
  • DOI : 10.48611/isbn.978-2-406-12322-4
  • Éditeur : Classiques Garnier
  • Mise en ligne : 29/09/2021
  • Langue : Français
  • Mots-clés : Travailleurs, travailleuses, ouvriers, enquête, conditions de travail, histoire sociale

Petit déjeuner Durkheim – 18 juin 2021

[et_pb_section admin_label= »section »]
[et_pb_row admin_label= »row »]
[et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Text »]

La prochaine séance des Petits déjeuners Durkheim, coorganisée avec la MSH Paris-Saclay, aura lieu vendredi 18 juin 2021 de 10h30 à 12h30 en visioconférence.

Lien de la visioconférence : https://primetime.bluejeans.com/a2m/live-event/zfbtrsvq

1979. Genèse d’une loi sur les archives

sous la direction de Marie Cornu, Christine Nougaret, Yann Potin, Bruno Ricard et Noé Wagener,
La Documentation française, 2019, 731 p.

Il y a quarante ans, le 3 janvier 1979, était promulguée une loi « sur les archives ». Cette loi venait combler ce qui, rétrospectivement, était perçu comme un vide législatif presque bicentenaire. C’est au nom de cette loi – aujourd’hui intégrée au Code du patrimoine – que les politiques publiques en matière d’archives sont conduites en France depuis cette date, entraînant chaque jour les administrations à édicter des milliers de décisions juridiques concernant « leurs » archives (les archives publiques) et, bien plus marginalement, les archives « des autres » (les archives privées). Décisions de détruire des documents et des données ou, au contraire, de les conserver ; décisions de les communiquer à tous, ou aux uns mais pas aux autres, ou à personne… : la loi de 1979 sert de fondement à une gigantesque masse d’opérations de qualification juridique à partir desquelles historiens, écrivains, généalogistes, citoyens écrivent l’histoire, construisent leurs histoires – et, dans tous les cas, exercent leurs droits.

C’est à l’histoire de cette loi du 3 janvier 1979 que s’est attelée la recherche collective dont ce livre est issu. Non l’histoire des archives (les documents), ni l’histoire des Archives (les institutions), mais d’abord et avant tout l’histoire encore inédite d’un texte sur les archives, ici littéralement « déplié » grâce aux archives. « Déplier » ce texte, c’est comprendre de quelles constructions il est le produit et de quelle stratification il est la dernière couche (première partie) ; c’est aussi saisir la diversité des modes par lesquels, immédiatement, ce texte est investi, travaillé et déplacé (seconde partie).

[/et_pb_text][/et_pb_column]
[/et_pb_row]
[/et_pb_section]

Petit déjeuner Durkheim – 4 juin 2021

La prochaine séance des Petits déjeuners Durkheim, coorganisée avec la MSH Paris-Saclay, aura lieu vendredi 4 juin 2021 de 10h30 à 12h30 en visioconférence, avec la présentation de l’ouvrage :

Travailler au musée.
Publics, gardiens et conservateurs du Louvre et du British Museum : regards croisés (1946-1981)

Odile Joint-Lambert (laboratoire Printemps, UVSQ)
Éditions : Presses du septentrion, 2020.
Discutante : Marie Cornu (ISP, ENS Paris-Saclay – CNRS)

Le lien vers la visioconférence :
https://primetime.bluejeans.com/a2m/live-event/kfekzwqb

RÉSUMÉ

Dans l’Europe d’après-guerre, la France et la Grande-Bretagne cherchent à élaborer un projet commun en matière de fonction publique, particulièrement dans le domaine culturel. Le Louvre et le British Museum partagent les mêmes fonctions dans leurs pays respectifs, mais avec des moyens qui diffèrent : organisation centralisée ou décentralisée, classement des postes ou des individus, recrutement de fonctionnaires ou de contractuels.
Cet ouvrage s’attelle à une comparaison entre ce que veut dire travailler au musée entre 1945 et 1981. On constate alors qu’avec ou sans service public, la singularité française apparaît ailleurs que dans le statut juridique de fonctionnaire. La différence entre les formes publique ou privée d’organisation muséale réside davantage dans les aspirations sociales et professionnelles des gardiens et conservateurs, ainsi que dans les politiques d’emploi mises en œuvre dans la sphère publique qui permettent ou ne permettent pas d’y accéder.

Petits Déjeuners Durkheim – 26/03/2021

La prochaine séance des Petits déjeuners Durkheim aura lieu le vendredi 26 mars 2021, de 10h30 à 12h30, par visioconférence, avec la présentation de l’ouvrage Athènes : histoire d’une cité entre mythe et politique de Sonia Darthou (université d’Évry).

Le lien vers la visioconférence : https://primetime.bluejeans.com/a2m/live-event/dugbdxtw

Les mythes s’avèrent intimement liés à l’histoire de la cité d’Athènes. Omniprésents, foisonnants et réactualisés au cours des siècles, ils surgissent dans tous les espaces du paysage pour construire le passé comme le présent politique. Grâce à la mythologie, les Athéniens s’ancrent et se réinventent en permanence. Au banquet, les vases à boire circulent entre les buveurs, entraînant une cohorte d’images qui voyage de main en main, donnant ainsi à voir les grands mythes de la cité. Sur les décrets de l’Assemblée du peuple, c’est la figure d’Athéna qui fait écho au texte des hommes. Sur la porte de la maison, le père accroche, à la naissance de son fils, une couronne d’olivier, cet arbre mythique qui inscrit le nouveau-né dans la communauté de ses frères athéniens. Au théâtre et au tribunal, les mythes rappellent les modèles des héros et dramatisent la condition humaine face aux citoyens assemblés. Quant aux pièces de monnaie athéniennes, frap-pées de l’effigie d’Athéna et de ses symboles, elles véhiculent parfaitement combien il est difficile de tracer une frontière entre mythe et politique. C’est tout le propos de l’auteure, qui a choisi de raconter une Athènes surprenante où discours et images mythiques contribuent à façonner les grands enjeux de la cité.

Petits déjeuners Durkheim – 5/03/2021

La prochaine séance des Petits déjeuners Durkheim aura lieu le 5 mars 2021, de 10h30 à 12h30, par visioconférence, avec la présentation de l’ouvrage Le piège de l’employabilité de Dominique Glaymann, Guillaume Tiffon, Frédéric Moatti et Jean-Pierre Durand [Evry] (PUR, 2017). Il sera discuté par Claude Didry.

Lien vers la visioconférence :

https://primetime.bluejeans.com/a2m/live-event/vcjdrddj

Cet ouvrage interroge les usages sociaux de l’employabilité en montrant comment elle affecte les politiques publiques, le recrutement, la formation et l’insertion dans l’emploi. Les auteurs interrogent également la portée symbolique et la pertinence scientifique de cette notion qui risque d’enfermer dans un double piège : stigmatiser les chômeurs et persister dans les politiques d’emploi sans résultat face au chômage.

Retour haut de page