VILMA

Villages martyrs : repenser la place d’un patrimoine paradoxal dans les sociétés européennes

Porteurs

  • Gilles MALANDAIN (CHCSC, UVSQ
  • Anne HERTZOG (MRTE, CY Cergy Paris Université)

Résumé

Partant d’un travail déjà engagé sur le site d’Oradour-sur-Glane, nous proposons d’élargir une recherche multisituée, pluridisciplinaire et comparative sur les villages martyrs d’Europe (situés principalement en France, Italie, Grèce, République tchèque). Le projet vise à favoriser l’émergence d’un réseau de chercheurs européens, notamment historiens, géographes et muséologues, et de partenaires institutionnels et associatifs impliqués dans la réflexion mais aussi dans l’action sur ce patrimoine qu’on a pu qualifier de « négatif » ou « douloureux », ou encore de « paradoxal » (la ruine comme patrimoine), hérité de la Seconde Guerre mondiale et objet d’un tourisme de mémoire dont la mise en œuvre pose de nombreuses questions. La conservation de ces lieux-symboles du traumatisme guerrier ne va en effet pas de soi (aussi bien au plan culturel qu’au plan matériel ou environnemental), pas plus que la transmission aux générations nées bien après 1945. L’enjeu de la recherche est à la fois de préciser les conditions d’émergence d’un statut de « village martyr », les relations et les circulations, en termes de « modèles », d’acteurs ou de pratiques, entre les localités ainsi désignées, et de croiser les expériences et les projets novateurs dans la mise en valeur de ce patrimoine. Au-delà de cette année exploratoire, l’objectif est de déposer une candidature à un programme de recherche européen.

Retour haut de page