MSH Paris-Saclay

Workshop « History of Economics as History of Science » – 23/06/2017

Le 14ème Workshop « History of Economics as History of Science » se tiendra vendredi 23/06/2017 à l’ENS Paris-Saclay (Pavillon des Jardins – Salle des conférences) de 9h45 à 16h00.

 

Programme

9:45-10:35 am : Jeff Pooley (Muhlenberg College)

Remobilization of the Propaganda and Morale Network, 1948–1953

 

10:45-11:35 am : Ben Wilson (Max Planck Institute for the History of Science)

Cold War System: Strategic Nuclear Arms Control and the Cybernetic Vision

 

11:35-11:55am: Tea/coffe Break

 

11:55am-12:45 pm : Zach Griffen (UCLA)

Economizing the Social : The Emergence of Education and Health Economics in the Middle of the Twentieth Century

 

12:45-2:15pm: Lunch

 

2:15-3:05 pm : Kira Lussier (University of Toronto)

The Irrational Actor : Decision-Making Research at the Boundaries of Economics and Psychology, 1965-1990

 

3:15-4:05 pm : Quinn Slobodian, (Wellesley College)

The State is a Bandit: How Mancur Olson and Public Choice Economists Quantified the Rule of Law

 

Inscription obligatoire : fontaine@ens-cachan.fr

Plan d’accès : http://www.ens-paris-saclay.fr/plan-dacces

Pour télécharger l’affiche-programme : MSH_Workshop_0516

25th International Colloquium of Gerpisa – 14-16/06/2017

25ème Colloque international du GERPISA

 

Le réseau international GERPISA (Groupe d’Étude et de Recherche Permanent sur l’Industrie et les Salariés de l’Automobile) organise son 25ème colloque international « R/Evolutions. New technologies and services in the automotive industry » du 14 au 16 juin prochain à l’ENS Paris-Saclay.

Pour consulter le programme : http://gerpisa.org/node/3786

et vous inscrire : http://gerpisa.org/node/923

 

Pour plus d’informations :

Géry Deffontaines, GERPISA – gery.deffontaines@ens-cachan.fr

Tommaso Pardi, CNRS-IDHES, GIS GERPISA – tommaso.pardi@ens-cachan.fr

 

Never before has the automotive industry been involved in so many revolutions at once: the EV
revolution, the digital and autonomous car revolution, the new mobility revolution, the industry 4.0
revolution. Forecasts from authoritative agencies announce that in the very near future the car as we
have come to know it until the beginning of the XXI century – privately acquired and owned, personally
driven, propelled by an internal combustion engine and manufactured by human beings – will cease to
exist, replaced by electric, autonomous, connected mobility services produced in highly automated
and flexible factories.
Carmakers and automotive traditional suppliers do not contest these views: they rather portray
themselves as the future providers of these new services and technologies. Several reports suggest
that if they don’t (or even if they do), other actors, ranging from GAFA (Google, Apple, Facebook,
Amazon) to others ICT (Information and Communication Technology) and “social network” firms and
start-ups, will take the control of this new digital value chain.
Yet, if one looks at the 91 millions of cars produced worldwide in 2015, an all time record, it is hard to
see many traces of these on-going and upcoming revolutions. Indeed, never before in the history of
mankind were so many conventional, ICE propelled and privately owned and driven cars produced by
the traditional players of the automotive industry.
The problem with disruptive innovations is that they are supposed to start small, before becoming
dominant. But how to know in advance if we are dealing with true radical changes or passing
fashions? How to properly characterize their dynamics in order to assess what is actually happening
rather than what “should” be happening or “will” be happening? More precisely, what are the
economic, technological, institutional, political and social conditions that would allow these radical
changes to take place and diffuse? Companies like Tesla and Uber do appear as successful disruptive
players, pushing forward fully electric cars, new mobility services and autonomous cars, but their
impact is still small and one may question how long they can survive if their losses grow (much) faster
than their revenues? More generally, what are the “business models” that sustain these radical
transformations, for instance, not only for EV production and sale, but also for the building of the
required charging infrastructure, and the provision of the batteries and the electricity in the amount
and at the price required to support a fast and large diffusion?
The GIS Gerpisa invites social science researchers, representatives of the industry, public policy
makers and advisers, union representatives and consultants to debate these crucial questions for the
present and the future of the automotive sector at its 25th International Colloquium.

Appel à projets « Émergence » 2017 – MSH Paris-Saclay

CONTEXTE

La MSH Paris-Saclay a une double vocation dans le cadre de la politique du Département SHS : (1) fédérer les forces SHS du site Paris-Saclay en catalysant les coopérations entre laboratoires et/ou établissements, (2) promouvoir l’interdisciplinarité, notamment celle entre les SHS et les autres sciences.

En 2017, cette double vocation s’incarne dans trois dispositifs de financement de projets et d’animation de la recherche :

  1. L’appel à workshops (colloques, journées d’étude, séminaires thématiques) ;
  2. L’appel à projets « Emergence » ;
  3. L’appel à projets « Maturation » ;

ORIENTATIONS DE L’APPEL A PROJETS 2017 – « ÉMERGENCE »

Ce type d’’appel à projets est destiné à favoriser le développement de nouvelles idées construites à partir de coopérations inter/pluridisciplinaires. L’objectif est de parvenir au lancement de 20 projets de recherche en 2017, dans la limite de 5 000 € par projet. Il est précisé que les projets cofinancés par d’autres partenaires (institutions académiques, décideurs publics, partenaires industriels) sont éligibles.

Sont considérées comme pluridisciplinaires des questions qui impliquent le regard de plusieurs disciplines, et interdisciplinaires des questions qui ne peuvent pas être abordées sans le concours de plusieurs disciplines.

Tout projet de recherche inter/pluridisciplinaire et qui s’inscrit prioritairement dans l’un des axes de recherche de la MSH Paris-Saclay peut être financé par le dispositif « Émergence ».

Pour mémoire, le projet scientifique de la MSH Paris-Saclay compte quatre axes prioritaires autour de quatre grandes transitions du 21e siècle : numérique, environnement et territoires, culture, santé. A ces quatre axes s’ajoute un axe transversal sur l’innovation (cause historique et solution potentielle des transitions).

Plus précisément, chacun des quatre axes principaux se décline en quatre orientations.

  1. Le pouvoir des algorithmes : données (massives), réseaux, décision, modélisation ;
  2. La culture de la nature : environnement, énergie, territoires, alimentation ;
  3. La nature de la culture : culture, art, patrimoine, mémoire ;
  4. La santé de demain : nouvelles technologies, styles de vie, systèmes de santé, éthique.

La stratégie scientifique de la MSH Paris-Saclay est disponible sur le site msh-paris-saclay.fr. Une liste de mots-clés présente les principaux objets interdisciplinaires étudiés au sein de l’Université Paris-Saclay. Cette liste est le résultat d’un travail de cartographie effectué en collaboration avec les principaux acteurs SHS du plateau de Saclay. Elle n’est pas exhaustive. Un des objectifs de l’appel à projet « Émergence » consiste justement à faire naître des nouvelles perspectives de collaborations transversales entre chercheurs, équipes, ou institutions investies dans le périmètre de Paris Saclay.

La direction de la MSH Paris-Saclay contribuera au bon accueil et suivi des projets retenus.

Les lauréats seront amenés à présenter leurs travaux dans le cadre d’une journée de restitution.

Ils bénéficieront d’un environnement propice à la recherche et à la créativité, qui s’appuie sur un réseau de partenaires locaux et nationaux. La MSH Paris-Saclay est non seulement une unité de recherche mais aussi une unité des services mutualisés.

CONDITIONS DE CANDIDATURE

  • Proposer un projet inter/pluridisciplinaire;
  • Le(s) porteur(s) doit(vent) travailler et mener ses(leurs) travaux de recherches dans l’un des établissements, unités ou laboratoires de l’Université Paris-Saclay. Les projets qui impliquent plusieurs établissements de l’Université Paris-Saclay seront priorisés;
  • Les fonds seront disponibles jusqu’au 31/12/2017. Le report des crédits en 2018 pourrait être possible, dans des conditions qui ne sont pas connues à ce jour. Il est donc fortement recommandé de planifier les activités en 2017.

MODALITÉS DE CANDIDATURE

  1. Formulaire de soumission complété et signé  : MSH Paris-Saclay – AAP Emergence 2017 – formulaire de candidature ;
  2. Une lettre de soutien du directeur de l’unité ;
  3. Curriculum vitae du(des) porteur(s) du projet (publications, enseignements, responsabilités administratives, portage de projets).

Les pièces sont à transmettre par voie électronique uniquement.

Le dossier est à remettre au plus tard le 15/05/2017 (session 1) ou le 15/09/2017 (session 2) à l’adresse mail suivante : christine.benichou@universite-paris-saclay.fr

Un accusé de réception sera transmis dans les 72 heures.

Tout dossier incomplet et hors délais sera refusé.

MODALITÉS DE SÉLECTION DES PROJETS

Les lauréats seront désignés par un jury présidé par M. Stefano Bosi, Directeur de la MSH Paris-Saclay.

Il se compose des membres du bureau de la MSH Paris-Saclay (https://msh-paris-saclay.fr/bureau-de-msh-paris-saclay/) et d’experts extérieurs, le cas échéant.

RÉSULTATS

La liste des projets retenus sera publiée sur le site Internet de la MSH Paris-Saclay (www.msh-paris-saclay.fr) au plus tard le 20/06/2017 pour la première session, et le 20/09/2017 pour la deuxième session.

Les lauréats recevront également un courrier électronique de la MSH Paris-Saclay officialisant leur sélection.

Pour téléchargez l’appel à projets en PDF : MSH Paris-Saclay – AAP Emergence 2017

Pour tout renseignement complémentaire, il convient de s’adresser à Christine Bénichou, secrétaire général, MSH Paris-Saclay (01.47.40.23.30 – christine.benichou@universite-paris-saclay.fr)

 

Appel à workshops 2017 – MSH Paris-Saclay

1/ CONTEXTE

La MSH Paris-Saclay soutient des projets de recherches interdisciplinaires et interinstitutionnels, qui s’intéressent à des objets transversaux relevant du champ des sciences humaines et sociales.

L’objectif est d’aider au développement de nouveaux objets de recherche, au renforcement de programmes interdisciplinaires en cours de lancement ou, de façon plus ponctuelle, au soutien d’événements scientifiques qui pourraient rassembler au moins deux institutions investies dans les SHS au sein de l’Université Paris-Saclay.

 

2/ ORIENTATIONS DE L’APPEL A WORKSHOPS 2017

Dans le cadre de sa programmation scientifique, la MSH Paris-Saclay a décidé d’accompagner la mise en place de workshops organisés par des chercheurs et enseignants-chercheurs (post-docs, docteurs, universitaires ou chercheurs de grands établissements de recherche) du périmètre de l’Université Paris-Saclay.

L’accent sera mis sur des workshops innovants, dont les objets et thématiques s’inscrivent dans les axes de recherche de la MSH Paris-Saclay.

Sont concernés deux types de workshops :

  • Les workshops regroupant plusieurs disciplines issues des SHS ;
  • Les workshops qui promeuvent l’interdisciplinarité entre les SHS et les autres sciences.

Les workshops peuvent se tenir dans les locaux de la MSH Paris-Saclay ou bien des laboratoires de l’Université Paris-Saclay.

En tant qu’USR, unité de Service et de Recherche, la MSH Paris-Saclay accompagnera l’organisation de ces workshops en fonction de leurs besoins et s’adaptera à leurs spécificités.

L’accompagnement pourra concerner les volets communication, organisation, logistique, catering, diffusion, valorisation, etc.

Pour 2017, la MSH Paris-Saclay a décidé  d’attribuer à cet appel à workshops la somme de 75 000 €.

Chaque workshop bénéficiera d’un soutien limité à 3 000 €.

 

3/ CONDITIONS DE CANDIDATURE

  • Travailler et mener des travaux de recherches dans l’un des établissements, unités ou laboratoires de l’Université Paris-Saclay ;
  • Proposer un workshop interdisciplinaire ;
  • Les workshops doivent être réalisés au plus tard le 20/12/2017.

 

4/ MODALITES DE CANDIDATURE

  1. Formulaire de soumission complété et signé (MSH Paris-Saclay – AAP WK 2017 – formulaire de candidature)
  2. Curriculum vitae détaillé du(es) porteur(s) de workshop.

Les pièces sont à transmettre par voie électronique uniquement (5MO maximum).

Le dossier est à remettre selon le calendrier précisé ci-dessous, à l’adresse mail suivante :  christine.benichou@universite-paris-saclay.fr

Un accusé de réception sera transmis dans les 72 heures.

Tout dossier incomplet et hors délais sera refusé.

 

5/ MODALITES DE SELECTION DES WORKSHOPS

Les propositions seront sélectionnées par le bureau de la MSH Paris-Saclay après avis de 2 évaluateurs par dossier.

 

6/ RESULTATS

La liste des workshops retenus sera publiée sur le site Internet de la MSH Paris-Saclay (www.msh-paris-saclay.fr ) selon le calendrier précisé ci-dessous.

Les lauréats recevront également un courrier électronique de la MSH Paris-Saclay officialisant leur sélection.

 

7/ CALENDRIER 2017

SESSION DATE RETOUR DES DOSSIERS DATE FIN EVALUATION DATE PUBLICATION DES RESULTATS
1 01/04/2017 10/04/2017 15/04/2017
2 01/05/2017 10/05/2017 15/05/2017
3 01/06/2017 10/06/2017 15/06/2017

 

Pour tout renseignement complémentaire, il convient de s’adresser à Christine Bénichou, secrétaire général, MSH Paris-Saclay (01.47.40.23.30 – christine.benichou@universite-paris-saclay.fr).

Lien vers l’appel à workshop 2017 en pdf : MSH Paris-Saclay – AAP 2017 – workshops

Publication des résultats de l’AAP 2016 de la MSH Paris-Saclay

Pour cet appel à projets, la MSH Paris-Saclay a retenu 9 projets de recherches.

Chacun bénéficiera d’une dotation de 3000 € à 6 000 €, dont la gestion sera directement assurée par la MSH Paris-Saclay.

Les 9 projets retenus sont les suivants :

Projet n°1: Étiquetage Nutritionnel et Bien-être Alimentaire des consommateurs vulnérables (ENBEAV)

Responsables scientifiques : NABEC Lydiane (RITM – EA7360) et MARETTE Stephan (Economie Publique – UMR210)

Dans un contexte où « l’épidémie » d’obésité et de surpoids touche désormais un tiers de la population mondiale (Finucane et al., 2011), l’étiquetage nutritionnel porte un enjeu majeur de santé publique (PNNS 2016 ) : améliorer les comportements alimentaires des individus en les informant sur la qualité nutritionnelle.

Dans le cadre de la Loi de Santé 2016, les pouvoirs publics préconisent l’apposition d’un étiquetage simplifié en face-avant des produits agroalimentaires afin de faciliter aux consommateurs l’accès à l’information relative à la qualité nutritionnelle des produits qui leur sont offerts sur le marché. Pourtant, les recherches actuelles montrent que les effets de l’étiquetage nutritionnel sur les choix alimentaires varient selon son format (Hieke et Taylor, 2012 ; Mérigot et Nabec, 2016 ; Newman et al. 2014).

Au regard des enjeux de santé publique et des limites des recherches existantes, notre projet de recherche vise à comprendre les effets des formats d’étiquetage nutritionnel des produits agroalimentaires sur les choix alimentaires des consommateurs, selon les populations ciblées.
Il porte plus précisément sur deux cibles prioritaires, dites vulnérables :

  • – axe 1. les populations économiquement vulnérables, dont le pouvoir économique est faible, afin de réduire la fracture sociale en matière de qualité de l’alimentation
  • – axe 2. Les enfants lors de leur socialisation à l’alimentation.

Dans une démarche sociétale, il s’agira d’identifier les formats appropriés aux pratiques alimentaires des cibles prioritaires en matière d’alimentation et de nutrition, en nous appuyant, d’une part, sur des collectifs de consommateurs qui mènent une action collective de terrain, en proximité et d’autre part, sur des données d’achat issues de panels de consommateurs en magasin.

Projet n°2 : Le Fidelio de Beethoven. Transferts, circulations, appropriations, 1798-XXIé siècle. Atelier n°2: « Fidelio: circulations et adaptations »

Responsables scientifiques : YON Jean-Claude (CHCSC – EA2448) et GUMPLOWICZ Philippe (SLAM – EA452)

Ce projet de recherche a pour objet d’aborder l’unique “opéra” de Beethoven envisagé depuis son origine à nos jours afin de mener une réflexion sous le triple angle des transferts, des circulations et des appropriations. Tout en s’appuyant sur les études philologiques et les travaux réalisés jusqu’à présent, le projet n’entend pas reprendre l’histoire de la genèse de l’œuvre, mais vise à poser les fondements d’une histoire « connectée » de Fidelio. Il s’inscrit d’une part, dans le temps long, de 1798 (avec la création de Léonore qui a servi de source à Beethoven) jusqu’au XXIe siècle et, d’autre part, à une échelle spatiale d’envergure. Il entend poser les bases d’une réflexion internationale et interdisciplinaire (histoire, musicologie, Kulturwissenschaft, histoire de l’art, études théâtrales, histoire des idées) en mobilisant les apports d’un dialogue scientifique franco-allemand et en faisant appel à de jeunes chercheurs (doctorants et post–doctorants) et à des chercheurs confirmés venant d’horizons disciplinaires différents.

Le projet est articulé en trois ateliers et un colloque conclusif. La présente demande porte sur le deuxième atelier  intitulé « Fidelio : circulations et adaptations » prévu à Zürich (Institut für Musikwissenschaft) les 2 et 3 juin 2017.

Projet n°3 : Analyse des séries temporelles et données socio-économiques historiques : nouvelles perspectives méthodologiques (ASTDSEH)

Responsables scientifiques : LEBARON Frédéric (IDHES – UMR8533) et FLIESS Michel (LIX – UMR 7161)

Ce projet a pour but de développer des coopérations nouvelles entre chercheurs en SHS (sociologie, économie) et en mathématiques et sciences de l’ingénieur, autour de la pertinence et la portée des méthodes quantitatives d’analyses des séries temporelles relatives pour le traitement des phénomènes socio-économiques historiques.

Il s’agira, à partir de bases de données facilement accessibles constituées d’indicateurs socio-économiques historiques portant sur différents pays (World Top Incomes DataBase, données macroéconomiques comme celles utilisées par David Hendry pour l’Angleterre), d’évaluer la pertinence et l’apport de divers outils d’analyse des séries temporelles pour décrire et comprendre les processus à l’œuvre : tendances, cycles, stationnarité, dépendances, etc.

Ce projet sera d’abord l’occasion de discuter de l’intérêt et des limites des cadres méthodologiques et interprétatifs développés par les chercheurs en sciences sociales dans leurs analyses des processus socio-économiques historiques.

Une attention particulière sera portée aux réflexions de François Simiand (Simiand, 1932), David Hendry (Hendry, 1981) ou encore Thomas Piketty (Piketty, 2013), s’agissant des relations entre revenus, inégalités, processus de répartition, prix, politiques publiques et changements idéologiques.

Il s’agit en particulier de mettre à l’épreuve l’idée centrale selon laquelle les dynamiques socio-économiques contemporaines, en particulier leurs aspects inégalitaires surtout depuis les années 1980 (Piketty 2013, Atkinson 2016), sont le produit de la conjonction de facteurs monétaires et financiers d’ordre structurel, de changements notables dans les politiques publiques et de transformations idéologiques de grande ampleur ayant vu en particulier le succès des idées « néolibérales » (Denord 2016).

Projet n° 4 : Le corps polychrome, les couleurs de la santé

Responsable scientifique : SAMAMA Evelyne (DYPAC – EA2449)

Pour la huitième édition des « Rencontres d’histoire de la médecine, des pratiques et des représentations médicales dans les sociétés anciennes », nous avons choisi de nous intéresser au chromatisme naturel de l’enveloppe et des sécrétions corporelles et à leur rôle dans la médecine des sociétés pré-industrielles.

Si la couleur des yeux, des cheveux, de la peau, est visible dès le premier coup d’œil et peut informer sur la personne, notamment son origine ou son âge, pour les médecins, elle constitue un des signes à prendre en compte dans le pronostic. Selon leur époque et leur compétence, les soignants en usent comme d’indices pour identifier les maladies possibles et tentent, en étudiant, puis codifiant les couleurs des excrétions et sécrétions corporelles, d’en établir une typologie signifiante.

Les textes littéraires apprécient aussi la polychromie humaine comme signe de « bonne » ou de « mauvaise » santé. Seront donc étudiées, dans les œuvres littéraires, savantes et médicales ainsi que dans l’iconographie, les couleurs de la peau, des cheveux, des yeux, et des dents, mais aussi celles du sang — par effusion ou sécrétion —, de la sueur, et des larmes, du sperme, de la salive aussi, ainsi que celles des expectorations et des différentes excrétions (buccales ou nasales), des selles et de l’urine.

Projet n° 5 : Analyse interdisciplinaire des comportements de collecte et de valorisation des données personnelles par les applications smartphone

Responsable scientifique : LE GUEL Fabrice (RITME – EA7360)

Les données personnelles sont présentées comme « le pétrole du 21 ème siècle ». Elles contribuent largement au phénomène du ‘big data’. Si ce dernier est un facteur de croissance reconnu, il ne doit pas non plus se faire au détriment du respect de la vie privée des citoyens, principaux fournisseurs de données personnelles.

L’enjeu est d’autant plus important que les objets mobiles et connectés (principalement les smartphones) sont devenus omniprésents dans la vie quotidienne et sont capables de collecter un grand nombre de données considérées comme sensibles, car pouvant servir à discriminer (par exemple, en interdisant l’accès à un emploi pour un profil déterminé d’individus).

L’objectif de notre projet est de contribuer à lever le voile sur les comportements de collecte et de valorisation des données personnelles par les applications smartphone à des fins potentielles de discrimination. La notion de ‘discrimination’ sera tout d’abord discutée sous l’angle de l’Économie et du Droit, puis nous analyserons des données originales et massives afin d’identifier des comportements potentiels de discrimination de la part des applications.

Nous nous concentrerons particulièrement sur les applications proposées aux enfants, population peu étudiée dans la littérature et encore plus sensible du point de vue de l’usage des données personnelles. Nous tirons des conclusions en termes de régulation et de moyens de protection de la vie privée des utilisateurs de smartphone.

Projet n°6 : Quand les SHS auscultent la santé – Le big bang de la santé connectée

Responsables scientifiques : FERRAND-NAGEL Sabine (RITM – EA7360) et PELLETIER-FLEURY Nathalie (CRESP – UMR1018)

Dans le cadre de la mise en réseau des chercheurs SHS au sein de l’Université Paris-Saclay, ce projet vise à proposer un premier projet fédérateur aux différents chercheurs travaillant sur la santé au sein des établissements de Paris-Saclay, tout particulièrement au sein des SHS. En première intention ce sont d’abord les économistes de la santé qui sont concernés, aujourd’hui éparpillés dans les différents établissements. Mais il s’agit aussi de profiter de l’environnement scientifique de l’UPSay pour créer un dialogue avec les autres champs scientifiques.

A ce stade, la thématique proposée pour permettre cette transversalité est la santé connectée, qui englobe aussi bien le développement de la télémédecine, la m-santé qui s’est ajoutée à l’e-santé, les big datas santé, le développement des plateformes santé, bref toutes les promesses liées au développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) au service d’un système de santé devant relever de nombreux défis sociétaux (maladies chroniques, vieillissement, accès aux soins et disparités territoriales, éthique…).

Projet n° 7 : Fablabs, innovation, travail (FIT)

Responsables scientifiques : FAGES Volny (IDHES – UMR) et LACOUR Stéphanie (ISP – UMR7220)

Ce projet se propose d’analyser le développement rapide de lieux collectifs de pratiques technologiques et la variété des formes que ceux-ci peuvent prendre, en particulier dans le cas de la France. Qu’il s’agisse de Fablabs, de Hackerspaces, d’Openspaces, de Design Centers, de TechShops Inc., le nombre d’espaces consacrés au partage de machines et de savoirs-faires scientifiques et techniques est en constante augmentation partout dans le monde depuis une décennie.

Ces lieux, souvent articulés, historiquement, sociologiquement, voire parfois simplement rhétoriquement, au monde des makers et du DIY (Do It Yourself), prennent une place croissante dans les politiques d’innovation. Ils sont au cœur des transformations annoncées de l’enseignement et de la vulgarisation scientifique, et sont parfois présentés comme constituant les lieux d’une révolution dans la manière dont les citoyens considèrent et se saisissent de la technologie, de l’innovation, et de la science.

L’objectif du projet est d’analyser, par des études de terrain, la diversité d’organisations de ces différents lieux, la variété de leurs encrages institutionnels, et des parcours des individus qui les
fréquentent plus ou moins assidument. Il s’agira d’une part de confronter les pratiques effectives avec la multitude de discours qui accompagnent ces espaces, d’autre part d’analyser les transformations que ces lieux peuvent engendrer dans notre rapport à la technique, et enfin de saisir les modifications qui s’y produisent concernant l’articulation entre science, technologique,
travail, droit, et professionnalité.

Projet n° 8 : Authenticité : théories et pratiques, cycle de séminaires interdisciplinaires

Responsables scientifiques : CORNU Marie (ISP – UMR7220), YON Jean-Claude (CHCSC – EA2448), BERTRAND Loïc (IPANEMA – USR3461) et COLMELLERE Cynthia (IDHES – UMR853

Le thème de l ’authenticité, qui soulève de multiples questions autour de la matérialité du  monument, de l’œuvre ou de l’objet d’art, est un sujet particulièrement propice à la réflexion interdisciplinaire dans le domaine du patrimoine. Ce cycle de séminaires, itinérant et organisé à tour de rôle par les différents laboratoires impliqués, l’abordera en confrontant différentes
approches disciplinaires et professionnelles.

L’objectif est de comprendre le mode sur lequel chaque discipline aborde et définit cet objet, mais aussi d’explorer les mouvements d’interaction et la part de détermination des différentes disciplines et acteurs concernés dans l’édification de la notion. Par exemple, on peut se demander en quoi l’histoire de l’art, la science historique en général, les sciences de la conservation déterminent ou influencent la qualification de l’authenticité ? La notion ou la valeur d’authenticité est en outre une notion relative, de façon générale, mais aussi dans l’espace et dans le temps, et la reconnaissance ou le fait d’en décréter la réalité peut comporter une part d’incertitude.

Il y a des degrés d’authenticité, des probabilités de l’authenticité, incertitudes parfois exprimées dans les vocabulaires. Comment le droit, l’histoire de l’art, d’autres sciences travaillant sur la matière de l’œuvre appréhendent et composent avec cette part d’incertitude ? C’est un autre des points de contacts qui seront explorés dans le cadre de ces séminaires.

Projet n°9 : Les humanités environnementales, un nouvel espace interdisciplinaire

Responsable scientifique : QUENET Grégory (CHCSC – EA2448)

Ce projet considère les humanités environnementales comme un espace discursif qui invite à reformuler les termes du dialogue entre les sciences humaines et sociales et les sciences de l’environnement autour des défis posés par les changements environnementaux et climatiques aux sociétés humaines.

L’objectif général est de constituer cet espace de dialogue interdisciplinaire au sein de Paris Saclay en s’appuyant sur le rôle d’animation de la MSH Paris Saclay. Il s’organise autour de quatre thématiques :

  • les modes d’organisation de la recherche
  • ce que l’environnement et le climat font aux sciences humaines et sociales
  • un retour critique sur l’Anthropocène
  • les récits et les formes artistiques.

Ce projet interdisciplinaire associe 3 organismes de Paris-Saclay (UVSQCEAAgroParisTech) mais il s’adresse potentiellement à tous les chercheurs SHS et sciences de l’environnement dans le but de faire grandir la communauté de départ. Les participants fondateurs relèvent de l’histoire de l’environnement, de l’économie et des pratiques artistiques, de l’écologie et de la science politique : leur rôle est de montrer comment leur discipline pourrait participer aux humanités environnementales et d’enrôler d’autres disciplines dans le projet.

Colloque inaugural de la MSH Paris-Saclay

La MSH Paris-Saclay organise son colloque inaugural le 27/01/2017. (Affiche Colloque_Interactive MSH Paris-Saclay). Ce colloque a pour objectif de réunir la communauté des Sciences Humaines et Sociales du périmètre Paris-Saclay.

Il sera marqué par trois temps forts :

  • (1) La présentation de la stratégie SHS/MSH sur le site de l’Université Paris-Saclay par Gilles BLOCH (Président de l’Université Paris-Saclay), Patrice BOURDELAIS (Directeur de l’INSHS- CNRS), et Bertrand JOUVE (Président du Réseau National des MSH).
  • (2) La participation des chercheurs et enseignants-chercheurs aux ateliers parallèles de discussion des axes de la MSH Paris-Saclay, suivie d’une restitution.
  • (3) Une table ronde de Grands Témoins sur l’interdisciplinarité.

Ce colloque inaugural permettra de poser les bases d’un nouveau concept de MSH, une maison ouverte au dialogue des SHS avec les autres sciences au cœur du site de recherche exceptionnel qu’est celui de l’Université Paris-Saclay.

Programme prévisionnel : MSH Paris-Saclay – Programme colloque V.2

Renseignements et inscription obligatoire : https://msh-parissaclay.sciencesconf.org/

 

Appels à projets 2016 – Jeunes chercheurs

1/ CONTEXTE

La MSH Paris-Saclay soutient des projets de recherches pluridisciplinaires et/ou pluri-institutions, qui s’intéressent à des objets transversaux relevant du champ des SHS. L’objectif est d’aider au développement de nouveaux objets de recherche, au renforcement de programmes pluridisciplinaires en cours de lancement ou, de façon plus ponctuelle, au soutien d’événements scientifiques (colloque, journée d’étude, séminaire thématique, etc.) qui pourraient rassembler au moins deux institutions investies dans les SHS au sein de l’Université Paris-Saclay.

2/ ORIENTATIONS DE L’APPEL A PROJETS 2016 – « JEUNES CHERCHEURS »

Dans ce cadre, la MSH Paris-Saclay a décidé de développer le soutien à des jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs (post-docs, docteurs, universitaires ou chercheurs de grands établissements de recherche).

L’accent sera mis sur les projets innovants en termes méthodologiques ou épistémologiques. Les objets et thématiques qui permettent de contribuer aux débats en cours sur les relations entre sciences, technologies et société seront particulièrement bienvenus.
Sont concernés deux types de projets :
– Les projets regroupant plusieurs disciplines issues des SHS ;
– Les projets s’inscrivant dans un dialogue entre les SHS et sciences de la nature, de la matière, du vivant ou de l’ingénieur.

Pour 2016, un maximum de 5 projets « jeunes chercheurs » seront retenus.
Chaque projet bénéficiera d’un soutien limité à 3 000 €.
La direction de la MSH Paris-Saclay contribuera au bon accueil et suivi des projets retenus.
Les lauréats seront amenés à présenter leurs travaux dans le cadre d’une journée de restitution.
Ils bénéficieront d’un environnement propice à la recherche et à la créativité, qui s’appuie sur un réseau de partenaires locaux et nationaux.

3/ CONDITIONS DE CANDIDATURE

– Etre âgé de 35 ans maximum à la date limite de la remise des dossiers de candidature (23/11/2016).
– Travailler et mener des travaux de recherches dans l’un des établissements, unités ou laboratoires de l’Université Paris-Saclay.
– Proposer un projet pluridisciplinaire qui regroupe au moins deux établissements, unités ou laboratoires de l’Université Paris-Saclay.
– Les fonds seront disponibles jusqu’au 30/11/2017.

4/ MODALITES DE CANDIDATURE

1. Formulaire de soumission complété et signé (Formulaire de candidature – AAP 2016);
2. Une lettre de soutien du directeur de l’unité du(des) jeune(s) chercheur(s) ;
3. Curriculum vitae détaillé du(es) porteur(s) de projets (formation, publications, participation à des réseaux Paris-Saclay, réseaux nationaux ou internationaux, séjours à l’étranger, etc.) ;
4. La copie d’une pièce d’identité.

Les pièces sont à transmettre par voie électronique uniquement (5MO maximum).

Le dossier est à remettre au plus tard le 23 novembre 2016 à l’adresse mail suivante :
christine.benichou@universite-paris-saclay.fr
Un accusé de réception sera transmis dans les 72 heures.
Tout dossier incomplet et hors délais sera refusé.

5/ MODALITES DE SELECTION DES PROJETS

Les projets lauréats sont désignés par un jury présidé par M. Stefano Bosi, Directeur de la MSH Paris-Saclay.
Il se compose de membres du bureau de la MSH Paris-Saclay qui se prononce sur la base d’expertises extérieures.

6/ RESULTATS

La liste des projets retenus sera publiée sur le site Internet de la MSH Paris-Saclay (www.msh-paris-saclay.fr – site en construction) au plus tard le 20/12/2016.
Les lauréats recevront également un courrier électronique de la MSH Paris-Saclay officialisant leur sélection.

Pour tout renseignement complémentaire, il convient de s’adresser à Christine Bénichou, secrétaire générale, MSH Paris-Saclay (01.47.40.23.30 – christine.benichou@universite-paris-saclay.fr).

Retour haut de page