Résultats des appels à projets

Les résultats de la 3e vague des Appels à projets 2021 de la MSH Paris-Saclay sont été publiés :

Émergence :

L’escape-théâtre en visio-conférence : un outil pédagogique pour faciliter l’apprentissage, porté par Isabelle Starkier (SLAM) et Jérôme Mathé (LAMBE)

L’enseignement a changé pour deux raisons : celle, contextuelle et immédiate de la pandémie qui nous a obligé et peut de nouveau nous contraindre à dispenser des cours en distanciel ; celle, antérieure et plus profonde, d’une difficulté d’écoute et de concentration croissante d’une génération habituée au zapping et aux écrans.
Afin de maintenir la qualité pédagogique et adapter nos méthodes à cette double injonction, nous proposons une méthode innovante qui peut s’adapter à différents contenus tout en permettant un apprentissage ludique et fédérateur malgré le distanciel. Apprendre en s’amusant, apprendre en diversifiant ses pratiques, apprendre en étant soi-même le moteur, l’acteur de son apprentissage, apprendre le désir d’apprendre : tels sont nos postulats pédagogiques pour favoriser la réussite des étudiants.
En nous basant sur le principe des « Escape Games » (ces énigmes à résoudre à partir d’indices qui se jouent dans une pièce), très prisés des jeunes, nous proposons des enquêtes pédagogiques en visio-conférence autour des thématiques choisies qui peuvent couvrir de nombreux champs en sciences humaines (histoire, sociologie, économie, arts, etc.) comme en sciences dures (physique, chimie, mathématiques, biologie etc.). Ce principe « d’escape pédagogique » peut être mené soit en distanciel, soit de manière hybride. Nous l’avons déjà expérimenté autour d’énigmes ludiques depuis plus d’un an.
Il interroge la fonction du théâtre aujourd’hui qui est questionné dans la place des acteurs et des spectateurs, le travail du jeu et du numérique etc. Ces problématiques sont d’ores et déjà l’objet de recherches publiées et en cours (articles et communications).
Il sera conçu et appliqué dans le département de Physique, avec la collaboration pour la construction de l’escape test de Jérôme Mathé son Directeur.

Lorsque l’histoire environnementale rencontre la paléogénomique. Évaluation des ressources paléo-génétiques de Versailles et de ses environs, porté par Grégory Quenet (CHCSC) et Pierre Brezelle (Atelier de bio-informatique de l’Institut Systématique Evolution Biodiversité du Museum d’Histoire Naturelle).

La rencontre entre l’histoire environnementale et la paléogénomique ouvre la possibilité d’une révolution documentaire des études historiques et de l’abolition de la séparation entre sciences de la nature et sciences de la culture. Deux verrous sont à défaire pour réussir : – démontrer la pertinence de ces approches pour la compréhension des interactions entre les sociétés et leur environnement – établir un niveau de robustesse des données et des analyses sur un double plan, celui des dynamiques environnementales et celui des dynamiques culturelles et sociales.
Cette collaboration interdisciplinaire vise un projet gagnant/gagnant car – la paléogénomique permet de reconstituer les dynamiques environnementales et matérielles qui n’apparaissent qu’indirectement dans des sources historiques et des archives centrées sur les actions humaines – les sources et les approches historiques permettent de caler les analyses paléogénomiques et lui procurent une série de questions pertinentes.
La méthodologie du projet consiste à choisir un territoire test, riche en sources historiques et pertinent pour la compréhension des enjeux environnementaux, afin de recenser les ressources paléo-génétiques disponibles et leur fiabilité afin de développer un projet complet de plus longue durée et créer une nouvelle communauté de recherches.

Sociologie Politique de l’Insécurité durant les Présidentielles de 2022, porté par Julien Noble (CESDIP) et Antoine Jardin (CESDIP)

L’enquête Sociologie Politique de l’Insécurité (SPIP2022) est réalisée en partenariat entre l’OSCJ-CESDIP (Saclay – https://oscj2.cesdip.fr/) et le CDSDP (Sciences Po – https://cdsp.sciences-po.fr/fr/le-cdsp/actualites/actualite/nouveau-mode-de-fonctionnement-du-panel-elipss_134/). Elle soumettra à 3 reprises dans le cadre du dispositif d’enquête par panel en ligne ELLIPS, un questionnaire sur le rapport à l’insécurité incluant également les peurs, les préoccupations et les victimations vécues par les répondants.
L’insécurité est un thème récurrent dans les sociétés démocratiques modernes. Elle réapparaît à intervalles plus ou moins réguliers dans le débat public en fonction de l’actualité. Il est notamment quelques évènements politiques durant lesquels les opinions sur l’insécurité se polarisent fréquemment : c’est le cas des élections présidentielles. Aussi cet événement est particulièrement propice à l’étude des relations entre opinions, comportements politiques et rapport à l’insécurité. Le premier volet est administré en décembre 2021, le deuxième en avril 2022 et le troisième en septembre 2022. Cette temporalité devra permettre de comprendre comment les relations insécurités/politiques s’organisent et évoluent avant, pendant et après la période très particulière des élections présidentielles.

Changements de comportements de mobilité post-COVID-19 dans une perspective de transition écologique, économique et sociale, porté par Julie Bulteau (CEARC) et Thierry Feuillet (LADYSS)

La crise de la COVID-19, survenue en 2020, a bouleversé le cheminement actuel de notre société. Les politiques publiques sanitaires de restrictions et de distanciation sociale, mises en place par le gouvernement afin de protéger la population, ont bien évidemment impacté la mobilité quotidienne des français, à court terme. Il semble important d’obtenir les connaissances nécessaires sur l’évolution des comportements de mobilité pour promouvoir une réelle transition écologique et sociétale. L’obtention d’une mobilité durable dans différents types de territoires doit figurer comme objectif à atteindre pour assurer la transition écologique. Le secteur des transports est le premier émetteur de GES en France devant le secteur industriel. Il est également responsable d’émissions de particules fines ayant un impact reconnu par l’OMS sur la santé des individus. Il est donc nécessaire d’accélérer les changements de comportements de mobilité. La crise de la COVID-19 est venue modifier les comportements mais est-ce durable ? Ce présent projet permettra de comprendre les changements de mobilité en fonction de caractéristiques individuelles et territoriales et permettra de donner des indications aux politiques de transport sur les solutions émergentes et innovantes qui pourraient être mises en place afin d’accélérer la transition vers une mobilité durable.

– Les moines voyageurs : les itinéraires des rouleaux des morts au prisme des systèmes d’information géographique, porté par Davide Gherdevich (DYPAC) et Éric Mermet (HESS/CAMS/ISC-PIF)

Le projet vise à étudier l’évolution ou la résilience des systèmes routiers du haut Moyen Âge à l’époque moderne en utilisant une source peu connue et peu exploitée : les rouleaux des morts. Le projet mettra en œuvre une récupération automatisée des noms de lieux contenus dans les cinq volumes consacrés aux rouleaux des morts édités par Jean Dufour, associera aux toponymes les coordonnées géographiques et enfin reconstituera, grâce à un système d’information géographique en ligne, les itinéraires empruntés par les moines du 9ème au 16ème siècle. Ces itinéraires seront ensuite analysés dans une perspective comparative, en utilisant en premier lieu le réseau routier des cartes de Cassini du 18ème siècle, mais également les modélisations de réseaux réalisés par analyse spatiale. Tous ces données visualisées sur un SIG permettront in fine de constater ou non la résilience sur le territoire des réseaux routiers du Moyen Âge à nos jours.

PINTER-MSH : Harold Pinter, le web documentaire, porté par Brigitte Gauthier (SLAM UEVE), Dominic Glynn (SLAM UEVE) et Armel Dubois-Nayt (DYPAC UVSQ)

Harold Pinter est le dramaturge britannique contemporain le plus engagé. Son œuvre a été récompensée par le Prix Nobel de Littérature en 2005. Dramaturge des enjeux de pouvoir dans la sphère domestique et politique, son œuvre théâtrale est un passage obligé des écoles de théâtre avec la pièce Le Monte-Plats où deux tueurs à gages se préparent à accomplir leur mission, dans The Servant, son scénario adapté par Joseph Losey expose la lutte des classes dans les phases progressives de hiérarchies inversées entre l’aristocrate et le serviteur, et surtout son œuvre entière de mise en garde contre les dérives fascistes en particulier dans One for the Road, Langue de la Montagne et son adaptation du Procès de Kafka, mise en scène par David Jones. PINTER POLITOLOGUE se donne pour enjeu de retracer les forces politiques de l’œuvre de Pinter.

Brigitte Gauthier lui a rendu hommage en 2007 par l’événement international multi-sites VIVA PINTER. Quinze ans plus tard, elle souhaite offrir l’expérience VIVA PINTER en projetant les interviews des metteurs en scènes et réalisateurs de l’œuvre de Pinter intégralement en Français et en Anglais au sein de Paris Saclay dans un Colloque International du 5 au 7 octobre 2022. SLAM, DYPAC, et la MSH Paris Saclay présenteront les Restitutions Bilingues les 5 et 6 octobre 2022 ainsi que des Tables Rondes de traducteurs et d’acteurs de Pinter le 7 octobre 2022. Un ouvrage inédit intitulé « Harold Pinter, politologue » sera l’aboutissement d’un travail de recherche synthétique sur cette œuvre majeure (à une date ultérieure).

Séminaires :

TRIBU : Contribuer/Attribuer, porté par Valérie Laure BENABOU (DANTE) et Marie CORNU (CNRS)

L’objet du cycle de séminaire est de proposer une réflexion sur les processus et méthodes qui permettent à une personne de se penser, de se revendiquer et de se voir reconnaître auteur ou autrice d’un travail intellectuel qu’elle a produit, au-delà des mécanismes connus de la propriété intellectuelle. Le modèle exclusiviste, porteur d’invisibilisation en raison du principe même d’exclusivité, est aujourd’hui profondément remis en question par une conception plus inclusive de la création et de la notion d’auteur/autrice. Il s’agit donc d’envisager d’autres formes d’attribution – avec l’éventuelle contribution de techniques numériques – permettant une reconnaissance artistique ou scientifique mais aussi plus largement professionnelle ou sociale des individus ou groupes sociaux concernés.

Du « green deal » à la « transition juste » : enjeux politiques et industriels de la transition écologique dans le secteur automobile, porté par Tommaso PARDI (IDHES ENS Paris-Saclay) et Yannick PEREZ (LGI CentraleSupélec)

Le séminaire du Gerpisa s’inscrit dans le programme international de recherche du Groupe d’étude et de recherches permanent sur l’industrie et les salariés de l’automobile (GERPISA). Le séminaire poursuit cette année ses réflexions sur l’industrie automobile dans le contexte de l’électrification de l’offre automobile, les transformations des usages de l’automobile, la digitalisation du procès de travail, le rôle de la finance et de la financiarisation dans ce contexte de crise, le la structuration des chaînes d’approvisionnement régionales et globales. Après s’être intéressé aux conséquences de la crise sanitaire, le cycle 2021-2022 accorde un intérêt particulier aux débats sur l’avenir de l’industrie automobile française face à la transition écologique en termes de politiques industrielles et des effets sur le travail et l’emploi.

Fédérer et développer les recherches sur l’éducation dans Paris-Saclay, porté par Gilles UHLRICH (Ciams-Université Paris-Saclay), Florent LE BOT (IDHES-Évry) et Ghislaine GEUDET (UR EST Université Paris-Saclay)

Compte tenu de la dispersion des recherches sur la thématique de l’éducation dans l’ensemble des laboratoires et structures de l’Université Paris-Saclay, la GS EFE propose d’organiser un séminaire afin de faire se rencontrer et échanger les chercheurs sur ce domaine de recherche. Si les travaux en sciences de l’éducation et de la formation peuvent y prendre une place importante, d’autres apports scientifiques sont tout aussi essentiels à considérer, dans le contexte de Paris Saclay, dès lors qu’ils éclairent des questions d’éducation, de formation et d’enseignement. Le séminaire proposé vise à initier et développer ces échanges interdisciplinaires qui auront vocation à se poursuivre. En 2022, quatre séances de présentation/discussion par des chercheurs de laboratoires différents de recherches en cours sur cette thématique sont prévues, entre février et juin. L’objectif est d’identifier des questions partagées voire de poser les premiers éléments d’un langage commun, afin de permettre ensuite l’élaboration et le développement de projets de recherche partagés à plus long terme (publication des actes du séminaire, réponse à des appels à projets en commun)…

Du patrimoine commun à la marchandisation de la connaissance : comment partager le savoir ?, porté par Julien GARGANI et Alexia JOLIVET (Centre d’Alembert)

Une partie du monde académique met à disposition ses productions : conférences ouvertes, logiciels libres, données en libre accès, publications en accès libre. Parallèlement, le financement des recherches académiques par des entreprises, l’implication de celles-ci dans les formations universitaires, le dépôt de brevet, l’économie de l’édition et de la formation tendent à placer l’enseignement et la recherche dans une économie du savoir « marchande » avec des contraintes spécifiques. Le mélange de gratuité et de monétarisation, de partage et de marchandisation, d’altruisme et d’individualisme, est-il nécessaire au fonctionnement de la science actuelle ou pénalisant ? Quel modèle d’économie de la connaissance est le plus profitable à tous ? La science « ouverte » est-elle l’institutionnalisation du partage ou la mise à disposition à bas couts des productions scientifiques pour le secteur marchand ? Comment les différentes communautés disciplinaires articulent-elles la production de biens communs et la valorisation de leurs découvertes ?

Workshops :

Élaboration d’une méthodologie innovante et transdisciplinaire en SSH pour historiciser le harcèlement sexuel dans le cadre d’un projet européen, porté par Armel DUBOIS-NAYT (DYPAC, UVSQ) et Réjane VALLÉE (UEVE).

Le projet AVISA, dont l’objectif est de mener une recherche collective internationale pour étudier les phénomènes sociaux réunis aujourd’hui sous l’appellation générique de « harcèlement sexuel », après avoir été Lauréat de l’appel Émergence 2020 de la MSH Paris-Saclay, a répondu à l’appel « ANR MRSEI 2021 » dans le but de candidater à l’appel européen:HORIZON-CL2-2022-TRANSFORMATIONS-01-05: Gender and social, economic and cultural empowerment. Dans le cadre du montage de cette candidature, un workshop international est prévu à Versailles en novembre 2021 qui réunit les 13 membres du consortium et un grand nombre des participant·es au projet. Après un an de travail en distanciel, le projet AVISA bénéficie grandement d’une rencontre visant à définir une méthodologie innovante, transnationale et transdisciplinaire pour recouvrer les vestiges de cette violence sexuelle et pour aborder les textes canoniques et problématiques ainsi que les films et œuvres d’art qui la représentent.

Une histoire des rapports entre l’économie et les autres sciences sociales (1918–2018), porté par Philippe FONTAINE (ISP, ENS Paris-Saclay) et Loïc CHARLES (Laboratoire d’économie dyonisien EA n° 3391).

Ce workshop a été mis sur pied en vue de poser les bases d’une discussion collective entre les futurs membres d’un International Research Network (CNRS) pour lequel Philippe Fontaine s’est porté candidat. Le projet a passé la première étape et le dossier final sera déposé le 15 septembre pour une décision finale en novembre. L’IRN CNRS permettra de financer l’organisation d’une quinzaine de workshop à la London School of Economics, à l’Université de Duke, à l’Université de Chicago, à l’ENS Paris-Saclay et à Cy Cergy University en collaboration avec ces établissements qui sont tous associés au financement. Le but de ces workshops est de soutenir un travail de 5 ans dont le but sera de produire une analyse historique des rapports entre l’économie et les autres sciences sociales sur la période 1918–2018.

Droit à l’éducation, porté par Pascale BERTONI (Versailles Institution publiques) et Olivia BUI-XUAN (Centre de recherche Léon Duguit).

Ce colloque s’inscrit dans le prolongement d’un dictionnaire du droit de l’éducation publié prochainement en deux tomes chez Mare et Martin, l’un sur le droit scolaire et l’autre sur le droit de l’enseignement supérieur et de la création d’un « observatoire du droit de l’éducation » qui ont été les premières étapes d’un projet éditorial et scientifique plus ambitieux (colloques, ouvrages, manuels, traités) sur le droit de l’éducation. Ce premier colloque inaugural porte sur le droit à l’éducation. Ce thème permet d’aborder de nombreux aspects du droit de l’enseignement scolaire mais également du droit de l’enseignement supérieur. Y participeront des juristes mais également des historiens, des économistes et des sociologues. Il s’agit après avoir exposé le contexte historique, juridique, sociologique et économique de notre système d’enseignement de se poser la question de la liberté d’accès à l’enseignement (particulièrement dans l’enseignement supérieur), mais également la liberté de choix de l’enseignement…), principalement sur le plan juridique mais en en mesurant les enjeux philosophiques et économiques.

Édition – Traduction :

De l’Europe à Hollywood et retour, le symphonisme hollywoodien, porté par Anaïs FLECHET (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines)

Automatic medieval charters structure detection: a Bi-LSTM linear segmentation approach, porté par Pierre CHASTANG ( DYPAC)

La nouvelle classe ouvrière chinoise. Constats empiriques, questions théoriques, méthodes d’enquête [The new Chinese working class. Empirical findings, theoretical questions, survey methods], porté par Jean-Pierre DURAND (Centre Pierre Naville, Université d’Évry)

Visions du monde Les civilisations à l’heure de la globalisation, porté par Jacques Pothier (CHCSC) et Arezki CHERFAOUI (EA 2452 LAREQUOI)