Séminaire « Genre Et Monde Carcéral » 6e Séance
10 juin 2022

Séminaire « Genre Et Monde Carcéral » 6e Séance

INFORMATIONS

La 6e séance de la saison 2021-2022 du séminaire « Genre et monde carcéral », soutenu par la MSH Paris-Saclay, aura lieu le 10 juin 2022 de 11h30 à 16h30 sur le thème :

Catégories pénales et pénitentiaires : critiques féministes

Cet événement aura lieu en format hybride :

  • En présentiel à l’ENS Paris-Saclay dans la salle 3G07, 4 Avenue des Sciences, 91190 Gif-sur-Yvette

  • En distanciel via un lien Zoom

PROGRAMME

  • Olivia Nederlandt, Professeure de droit pénal et de procédures pénale, Université Saint-Louis Bruxelles – Les normes pénitentiaires à l’épreuve du genre : étude de la situation des prisons belges
  • Charlotte Fischer, Anthropologue, Doctorante, Université de Toulouse-Jean Jaurès – Les violences conjugales en audience correctionnelle : l’ambiguïté des discours sur le genre
  • Chloé Constant, Professeur chercheure à la FLACSO (Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales) – Les apports des féminismes des Suds aux études sur la prison et le genre : panorama depuis les Amériques

Retrouvez l’intégralité du programme de la saison ici.

Résumé

Cette sixième séance du séminaire portera sur la manière dont les discours sur les violences de genre façonnent la fabrique pénale. En s’appuyant sur l’étude du droit pénitentiaire belge et sur l’ethnographie de prisons bruxelloises, Olivia Nederlandt montrera, dans une première intervention, comment l’absence de textes juridiques clairs aboutit à des pratiques diversifiées d’inclusion des personnes trans ou non-binaires d’un établissement à l’autre. L’analyse des traitements des groupes minorisés en prison permettra d’interroger les différents registres par lesquels les acteurs et actrices pénitentiaires justifient de tel ou tel placement dans les prisons d’hommes ou de femmes ou mixtes. Ensuite, à partir d’une enquête en cours réalisée dans le cadre de son doctorat, Charlotte Fischer proposera une réflexion sur les nouvelles pratiques judiciaires dans les affaires de violences conjugales. À partir de l’analyse des discours portant sur les violences conjugales et de leurs traitements au moment des audiences correctionnelles, elle en soulignera les ambiguïtés. Enfin, Chloé Constant, dans une troisième intervention, proposera de retracer les apports des féminismes des Suds, en particulier le féminisme noir et le féminisme postcolonial, aux études sur la prison comprise au prisme du genre. Elle fera également l’état des lieux des études mexicaines sur les femmes incarcérées en s’interrogeant sur les apports des études qui articulent identités et sexualités.

INSCRIPTION

Retour haut de page