Séminaire « Genre et monde carcéral » – 3e séance le 3 février 2022

La 3e séance de la saison 2021-2022 du séminaire « Genre et monde carcéral », soutenu par la MSH Paris-Saclay, aura lieu le 3 février 2022 de 10h à 17h en visioconférence sur le thème :

Sexualités et corps en prison

Pour participer à cet événement, inscrivez-vous jusqu’au mardi 1er février à 14h via le formulaire suivant :
https://forms.gle/3yUfTDMaudYYVrUs6

Présentation de la séance :

La séance 3 est consacrée à la façon dont l’enfermement carcéral travaille les sexualités et les corps des personnes enfermées dans des prisons françaises, belges et anglaises.

Axelle François, dans une première intervention, rendra compte des résultats d’une enquête quantitative par questionnaires (n = 530) auprès de personnes détenues dans des prisons belges. L’intervenante analysera les conséquences de la privation de liberté sur les représentations et le vécu de la sexualité, en présentant trois trajectoires d’adaptation des discours et des pratiques sexuelles soumises aux contraintes du contexte carcéral.

La seconde intervention, dans le prolongement de la première, portera sur la biographie conjugale, affective et sexuelle des femmes au prisme de l’incarcération de leur compagnon. Audrey Higelin analysera comment le statut de « compagne de détenu » fait l’objet d’un processus d’apprentissage (notamment via des instances associative, sanitaire, sociale, ainsi que dans le groupe de pairs). Elle mettra en évidence une « socialisation secondaire », nécessitant l’incorporation de nouvelles normes et la mise en œuvre de stratégies d’adaptation au nouveau contexte relationnelle.

Caroline Touraut, au cours de la troisième intervention, s’intéressera au vieillissement des personnes incarcérées. À partir d’une enquête empirique réalisée dans des prisons françaises, elle analysera les spécificités du vieillir en prison en fonction du genre et les enjeux professionnels que pose leur prise en charge. Plus précisément, elle questionnera la prison comme éventuel lieu de « care » des personnes détenues, en portant le regard sur les ajustements institutionnels afin de faire face aux besoins d’une population carcérale vieillissante et sur les reconfigurations des modèles de masculinités qui en découlent.

Enfin la dernière intervention (initialement prévue le 7 janvier), portera sur le corps masculin incarcéré. Jennifer Rainbow, à partir d’une enquête empirique menée dans une prison anglaise, montrera que le corps masculin joue un rôle fondamental dans l’expérience carcérale, que ce soit par la gestion de l’identité à travers le corps (par des comportements masculins), par le corps (par la stature et la pose), ou sur le corps (par les vêtements, la propreté, etc.). Elle analysera la façon dont les corps servent à valoriser des régimes de masculinité et comment ce processus peut parfois se réaliser d’une manière inattendue face aux injonctions standardisées du genre.

Programme de la séance :

  • 10h à 11h : Axelle François, docteure en criminologie, agente de probation des services correctionnels du Québec : Étude sur la sexualité en milieu carcéral belge : au cœur des représentations des personnes incarcérées
  • 11h15-12h15 :  Audrey Higelin, historienne de l’art et sociologue, chercheure rattachée à l’Université Paris-Nanterre, associée au laboratoire Sophiapol : Devenir compagne de détenu : la sexualité des femmes au prisme de l’incarcération de leur compagnon
  • 14h à 15h : Caroline Touraut, sociologue, chargée d’études à l’Observatoire national de la protection de l’enfance (ONPE) : La prison, un espace possible de care ? Faire face au vieillissement des personnes détenues
  • 15h15 à 16h15 : Jennifer Anne Rainbow [Sloan], Senior Lecturer in Criminology at Sheffield Hallam University : Masculine Bodies in an English Prison

Présentation du séminaire :

Le séminaire « genre et monde carcéral » est un séminaire interdisciplinaire, débuté en 2017,
offrant un espace de discussion et d’analyse des travaux récents qui portent sur le champ
carcéral au prisme des questions de genre. L’objectif général est de proposer un état de la
recherche scientifique, par la présentation de travaux qui problématise les rapports sociaux
et les normes de genre dans ce champ de recherche. Sont valorisées les travaux récents et
l’interdisciplinarité des approches. Le séminaire, pour 2020/2022, s’inscrit dans la continuité
des questionnements et réflexions amorcés les années précédentes. Le premier cycle du
séminaire (2017‐2018) était consacré à l’émergence de travaux portant sur les femmes en
prison dans le champ des sciences sociales. Le deuxième cycle (2018‐2019) a permis
d’approfondir la réflexion, en questionnant les enjeux de la disciplinarisation carcérale et ses
effets sur le parcours de femmes incarcérées. Le troisième cycle (2019‐2020) explorait les
sociabilités intra‐muros, pensées au prisme des rapports sociaux de sexe. Le quatrième cycle
proposait de mettre la focale sur les liens entre « le dehors » et « le dedans », en analysant les
dynamiques de circulation des normes de genre pour penser l’enfermement contemporain.
Cette année, nous aborderons dans une première séance l’influence des représentations
genrées sur le contrôle et l’enfermement des jeunes. La séance 2 portera sur la façon dont la
prison façonne les masculinités incarcérées. La séance 3 sera consacrée aux sexualités et aux
corps en prison. Dans la séance 4, on s’intéressera au processus de préparation de la sortie
d’incarcération et à la manière dont celui‐ci est régulé par des normes de genre implicites ou
explicites. La séance 5 sera l’occasion de réfléchir à la façon dont les représentations genrées
infléchissent le contrôle et les pratiques professionnelles en prison. Enfin, au cours de la
séance 6, l’approche de genre permettra de questionner les catégories pénales et
pénitentiaires.

Programme de la saison 2021-2022 du séminaire « Genre et monde carcéral »

Retour haut de page