Pour cette première vague de l’appel à projets Maturation 2018, la MSH Paris-Saclay a retenu 2 projets.

Ce type d’appel à projets est destiné à accompagner des coopérations interdisciplinaires entre chercheurs qui ont déjà travaillé ensemble et qui souhaitent structurer davantage leur projet de recherche commun. L’objectif est de parvenir au soutien de plusieurs projets, dans la limite de 25 000 € par projet, dont la gestion sera directement assurée par la MSH Paris-Saclay.

Les 2 projets retenus sont les suivants :

Transatlantic Cultures

Responsable scientifique : Anaïs Fléchet (CHCSC – UVSQ)

Le projet Transatlantic Cultures propose de mettre en œuvre une histoire culturelle connectée de l’espace atlantique grâce aux nouveaux outils et supports numériques. Rassemblant une équipe de 40 chercheurs, rattachés à 19 universités, en Europe, en Afrique et dans les Amériques, il vise à la réalisation d’un Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique édité en ligne et en quatre langues (français, anglais, espagnol, portugais) : une plateforme numérique pour analyser les dynamiques de l’espace atlantique et comprendre son rôle dans le processus de mondialisation culturelle contemporain.
Lancé en 2015 par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Paris-Saclay), en collaboration avec l’Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3 et l’Université de São Paulo, ce projet a déjà reçu des financements de l’Institut des Amériques (2015), du France Berkeley Fund (2015-2016) et du programme franco-brésilien ANR / FAPESP (2016-2020).

 

HistorIA.2: données massives multi-sources (synchroniques, diachroniques, dialectales) et exploration automatique de l’évolution des langues

Responsable scientifique : Ioana Vasilescu (LIMSI – CNRS / UPSud)

Ce projet propose de poursuivre et d’enrichir les objectifs du projet HistorIA, qui a bénéficié en 2017 d’un financement “Emergence” de la MSH Paris-Saclay. L’objectif central est d’approfondir l’étude
de l’évolution des langues avec les moyens de l’intelligence artificielle dans une perspective propre à la linguistique instrumentée de l’oral, qui consiste à construire des connaissances linguistiques à partir de l’exploration outillée des données langagières en s’appuyant sur de grandes masses de données. Sera réalisée une typologie des motifs de la variation synchronique de l’oral en lien avec les
changements sonores historiques spécifiques à une famille de langues, en l’occurrence les langues romanes.
Dans HistorIA.2 seront associées à cette analyse de grands corpus des connaissances issues de la dialectologie moderne. Il s’agit d’utiliser des grands corpus issus d’enquêtes de terrain menées à large échelle (crowd-sourcing) qui permettent d’encrer les changements sonores dans le temps et dans l’espace.