Contacts :

Améline Vallet

Céline Guivarch

Conditions :

Niveau : master 1 

Début : mars 2021 (flexible)

Durée : 4 à 6 mois

Rémunération : gratification de stage

Lieu du stage : Nogent sur Marne (des déplacements fréquents sont à prévoir au laboratoire Ecologie Systématique et Evolution (ESE), à Orsay, ainsi qu’en région parisienne)

Ce stage s’inscrit dans le cadre du projet JUICCE financé par la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay, en collaboration avec Aglaé Jézéquel et Fabio d’Andrea (Laboratoire de Météorologie Dynamique).

Description du sujet

Le GIEC souligne dans son dernier rapport la nécessité d’intensifier les efforts de recherche sur la justice climatique et l’analyse des implications du changement climatique sur les populations vulnérables.

Récemment, cette question a fait l’objet de plusieurs études scientifiques, qui ont analysé les relations statistiques entre l’exposition aux événements climatiques extrêmes et des indicateurs socio-économiques ou de pauvreté. Si certaines études à l’échelle nationale suggèrent que les populations les plus vulnérables sont également celles qui sont les plus exposées aux événements climatiques extrêmes (Hallegatte et al. 2016, Winsemius et al. 2018, Hsiang et al. 2017), d’autres études conduites à des échelles et avec des méthodes différentes n’observent pas les mêmes tendances. Il n’existe pas à ce jour de revue systématique de la littérature, donnant une vision d’ensemble des travaux réalisés sur ces questions.

Ce stage a pour objectif général de produire un état de l’art de la littérature existante sur la justice climatique (revue systématique de la littérature). Plus précisément ce stage permettra d’identifier dans la littérature :

  • la distribution géographique des études (par pays et par continent), ainsi que leurs modalités de publications (année, auteurs, affiliations, etc.)
  • les concepts mobilisés pour caractériser la justice climatique (risque, vulnérabilité, danger, exposition, etc.)
  • les méthodes utilisées pour identifier, quantifier, et caractériser les différentes iniquités (modélisation économique, statistiques, analyse spatiale, etc.)
  • les éléments de cadrage des différentes études : formes de vulnérabilités considérées, échelles sociales spatiales et temporelles, implications étudiées (mortalité, impact économique, etc.) ?
  • les grands résultats obtenus : quelles iniquités observées ? Qui sont les populations les plus exposées ? Quelles sont celles qui ont les plus grandes capacités d’adaptation ?

La mission se déroulera en trois temps :

  1. La construction d’une base de données de publications ISI Web of Knowledge et Scopus (à l’échelle globale). Seront considérées uniquement les publications en anglais.
  2. L’analyse des publications identifiées : différentes informations seront retenues et codées pour chaque article (concepts mobilisés, formes de vulnérabilités, zone étudiée, méthodes, données, résultats observés, etc.).
  3. Analyse de la base de données de publications grâce à R et éventuellement au Logiciel Cortext pour une analyse bibliométrique.

Profil recherché – Compétences requises

Le/la candidat(e) devra avoir un profil interdisciplinaire, à l’interface entre économie et sciences de l’environnement. Le/la candidat(e) devra également avoir un intérêt pour les approches quantitatives (statistiques). Plus précisément les compétences suivantes sont recherchées :

  • Connaissances sur les impacts du changement climatique et la vulnérabilité des populations
  • Expérience de recherche interdisciplinaire et approches systémiques
  • Bonne connaissance de R et de la gestion de bases de données
  • Très bon niveau en anglais écrit et oral (littérature internationale en anglais uniquement)
  • La maitrise d’outils de modélisation spatiale est un plus, ou capacité et envie de se former à ces outils

Consulter l’offre sur le site du CIRED