Dans le cadre du cycle de conférence C2E (rappel du projet ici), la MSH Lorraine propose la table ronde :

 “Violence verbale, réseaux sociaux et liberté d’expression”
le jeudi 14 septembre 2017 de 14h à 16h
Ile du Saulcy – Metz, salle Ferrari (Maths)

 Intervenants

Béatrice Fracchiolla
Professeure en sciences du langage – Université de Lorraine
Laboratoire du CREM- Pôle Praxitexte
“Contraintes linguistiques et contraintes interactionnelles : un cadre nécessaire à une communication éthique non-violente?”

“Je centrerai ma participation sur ce qu’est la violence verbale d’un point de vue linguistique. J’aborderai aussi sa différence en l’opposant à l’agression. Le rôle de la politesse linguistique est de permettre une régulation des interactions sociales afin qu’elles soient réussies. Or, dans le cadre numérique, celle-ci tend à être effacée par commodité ou rapidité d’exécution, sous le prétexte de « libérer » la parole. A partir de ces données sur la politesse, je terminerai en interrogeant les conditions d’existence d’interactions verbales éthiques sur les réseaux sociaux (numériques) alors qu’une bonne partie de ce qui en constitue les cadres connus dans les autres conditions d’écriture, semble en avoir totalement disparu”.

Arnaud Mercier
Professeur en communication politique à l’IFP – Université Paris 2 Assas
Chercheur associé au CREM
“Campagnes électorales : Twitter ça sert surtout à faire la guerre ?”
Dans un contexte de tensions politiques habituelles lors des campagnes électorales où les oppositions politiques, idéologiques ou programmatiques sont habituellement exacerbées, on constate que l’usage des réseaux socionumériques, comme Twitter notamment, est très éloigné des idéaux du débat démocratique. La violence des attaques est parfois très forte. Entre insultes, calomnies, diffamation, rumeurs malveillantes, le sentiment se répand que l’on peut tout dire et tout faire sur ces réseaux, véritable far west numérique. Cette conférence analysera le type d’attaques destinées aux candidats, lors de la présidentielle française de 2017 notamment, en essayant d’en comprendre les conditions permissives en amont, liées aux transformations de la socialité sur ces réseaux.