Coordonnateurs :

Hanitra Randrianasolo-Rakotobe et Jean-Michel Ledjou, IDEST, Université Paris-Saclay

Membres du comité scientifique de départ (par ordre alphabétique) :

Tsiry Andrianampiarivo (Université de Grenoble) ; Jean-Philippe Berrou (Sciences Po Bordeaux) ; Yannick Francillette (Université du Québec à Chicoutimi) ; Alain Kiyindou (Université Bordeaux Montaigne) ; Kevin Mellet (Orange Labs, Université Paris-Ouest Nanterre) ; Bob Jerry Menelas (Université du Québec à Chicoutimi) 

Argumentaire général

D’ici 2023, les technologies et les services mobiles devraient générer 4,8% du Produit intérieur brut (PIB) mondial (GSMA, 2019). Cette croissance record est également soutenue par un taux d’adoption du smartphone en nette augmentation sur le plan mondial. L’accroissement est en effet estimé à plus de 20% entre 2017 et 2025. En 2023, au moins trois téléphones mobiles sur quatre seront des smartphones (GSMA, 2018).

C’est dans ce contexte que les applications mobiles continuent leur progression. En 2018, quelque 194 milliards de téléchargements ont été effectués de par le monde, tandis que les applications ont généré un revenu évalué à 101 milliards $ (App Annie, 2019).

Historiquement, les jeux dominent largement le secteur des applications. Cependant, depuis 2016, les questions sociétales se révèlent de plus en plus présentes. Annie App (ibid.) le confirme : « En 2018, les applications autres que les jeux représentaient 65% du nombre total de téléchargements dans le monde ». De son côté, le rapport Adjust (2019) montre la croissance rapide des applications mobiles en lien avec la santé, l’alimentation, les transports, l’organisation du travail en tâches, la communication, la gestion de risques, le développement, l’éducation… Par ailleurs, les récentes crises sanitaire, économique et sociale liées à la Covid-19 ont vu naître tous azimuts pléthore d’applications mobiles.

« Notre quotidien envahi par les applications mobiles » est un phénomène en cours de réalisation. Cet appel encourage une réflexion pluridisciplinaire sur la relation entre les applications mobiles, leurs utilisateurs et la société.

Consulter le texte complet de l’appel :

Calendrier prévisionnel 

Lancement de l’appel à contribution : 1 octobre 

Soumission des articles complets : 15 décembre

Retour aux auteurs : 15 janvier

Renvoi des révisions par les auteurs : 15 février

Publication de l’ouvrage : 4e trimestre 2021 

Pour soumettre une proposition d’article

jean-michel.ledjou@universite-paris-saclay.fr

hanitra.randrianasolo@universite-paris-saclay.fr