La 2e séance de la saison 2021-2022 du séminaire « Genre et monde carcéral », soutenu par la MSH Paris-Saclay, aura lieu le 7 janvier 2022 de 9h30 à 11h30 en visioconférence sur le thème :

Masculinités en prison

Résumé de la séance :

Cette deuxième séance du séminaire portera sur la façon dont la prison façonne les masculinités incarcérées. Marine Quennehen montrera, dans une première intervention, comment la paternité́ est invisibilisée en détention. À partir de l’analyse du discours des surveillant·es, des stratégies d’invisibilisation mises en place par les détenus et en comparant le traitement de la parentalité́ selon le genre, elle examinera la façon dont l’institution organise les frontières de la paternité, en reléguant les liens familiaux dans certains lieux (le parloir et les unités de visite familiale).

Lola Gauthier, dans une seconde intervention, proposera une réflexion sur les masculinités et les émotions enfermées. En s’appuyant sur une enquête de terrain dans une prison belge mixte, elle analysera la façon dont les normes genrées influencent les relations sociales en détention. Elle montrera comment les détenu·es doivent assurer une gestion émotionnelle en accord avec le genre qui leur est assigné et les caractéristiques qui lui sont prêtées.

Avec :

  • Marine Quennehen, sociologue, post‐doctorante au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), chercheuse au Printemps – Quand se dire père en prison constitue un affaiblissement de la masculinité.
  • Lola Gauthier, criminologue, doctorante à l’UCLouvain (Belgique), chercheuse au Centre de recherche interdisciplinaire sur la déviance et la pénalité (CRID&P) et financée par le FRS-F.N.R.S. – Masculinités et émotions enfermées : vers une géographie carcérale de l’intime.

L’intervention de Jennifer Anne Rainbow [Sloan], Masculinities and the Adult Male Prison Experience, est repoussée à la séance 3 (3 février 2022).

Pour participer à cet événement, inscrivez-vous jusqu’au mercredi 5 janvier à 14h via le formulaire suivant :
https://forms.gle/9MDvYr4cxzNKBAi68

Programme de la saison 2021-2022 du séminaire « Genre et monde carcéral »

Présentation du séminaire :

Le séminaire « genre et monde carcéral » est un séminaire interdisciplinaire, débuté en 2017,
offrant un espace de discussion et d’analyse des travaux récents qui portent sur le champ
carcéral au prisme des questions de genre. L’objectif général est de proposer un état de la
recherche scientifique, par la présentation de travaux qui problématise les rapports sociaux
et les normes de genre dans ce champ de recherche. Sont valorisées les travaux récents et
l’interdisciplinarité des approches. Le séminaire, pour 2020/2022, s’inscrit dans la continuité
des questionnements et réflexions amorcés les années précédentes. Le premier cycle du
séminaire (2017‐2018) était consacré à l’émergence de travaux portant sur les femmes en
prison dans le champ des sciences sociales. Le deuxième cycle (2018‐2019) a permis
d’approfondir la réflexion, en questionnant les enjeux de la disciplinarisation carcérale et ses
effets sur le parcours de femmes incarcérées. Le troisième cycle (2019‐2020) explorait les
sociabilités intra‐muros, pensées au prisme des rapports sociaux de sexe. Le quatrième cycle
proposait de mettre la focale sur les liens entre « le dehors » et « le dedans », en analysant les
dynamiques de circulation des normes de genre pour penser l’enfermement contemporain.
Cette année, nous aborderons dans une première séance l’influence des représentations
genrées sur le contrôle et l’enfermement des jeunes. La séance 2 portera sur la façon dont la
prison façonne les masculinités incarcérées. La séance 3 sera consacrée aux sexualités et aux
corps en prison. Dans la séance 4, on s’intéressera au processus de préparation de la sortie
d’incarcération et à la manière dont celui‐ci est régulé par des normes de genre implicites ou
explicites. La séance 5 sera l’occasion de réfléchir à la façon dont les représentations genrées
infléchissent le contrôle et les pratiques professionnelles en prison. Enfin, au cours de la
séance 6, l’approche de genre permettra de questionner les catégories pénales et
pénitentiaires.