webinaire

Webinaires du RnMSH Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales – 11 mars 2022

Le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme (RnMSH), en partenariat avec le réseau des Umifre (Unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger) sous double tutelle CNRS / MEAE, présente le cycle de webinaires Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales organisé dans le cadre du dispositif de coordination nationale HS3PE-Crises (Crises sanitaires et environnementales – Humanités, sciences sociales, santé publique).

Les crises environnementales et sanitaires auxquelles nos sociétés sont aujourd’hui structurellement confrontées, exacerbées par la « crise de la COVID-19 », nous interpellent en tant que parents, enfants, habitants, citoyens…

Ce cycle de webinaires, animé par des chercheuses et chercheurs de toutes disciplines, est ouvert à toutes et à tous.

Les sciences humaines et sociales (SHS) associées aux sciences du vivant disposent d’outils pertinents pour comprendre les tenants et les aboutissants de ces crises, mais aussi pour proposer sinon des solutions, du moins des éléments porteurs de changement.

Prochain webinaire :

– 11 mars à 13h : La surexploitation de l’eau dans les dans les frontières agricoles : le cas du Cerrado brésilien

webinaires Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales – 5 novembre 2021

La prochaine séance du cycle de webinaires « Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales » aura lieu le 5 novembre 2021 à 13h en visioconférence sur le thème : « La réponse funéraire en période de pandémie : impact sur les professionnels et les personnes endeuillées » .

Ce webinaire est organisé par la MSH Lyon Saint-Étienne, dans le cadre du cycle « Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales » (Réseau des MSH) et du dispositif « HS3P – Crises sanitaires et environnementales : humanités, sciences sociales, santé publique » (CNRS, Inserm).

Evénement ouvert à tous.

Intervenant : Gaëlle Clavandier, maître de conférences HDR en sociologie et anthropologie (Université de Saint-Étienne, CMW)

La pandémie de Covid-19 confronte les sociétés occidentales à une crise sanitaire et sociale sans précédent. Elle bouleverse le système funéraire, en particulier les temps de l’adieu au défunt et des obsèques. À la différence des crises récentes de mortalité, ici ce sont l’ensemble des décès qui est concerné.

Ce webinaire présentera des travaux de recherche qui ont documenté les aménagements (normatifs, organisationnels, techniques, relationnels) mis en œuvre par les acteurs professionnels au moment de la crise ou des crises (soignants, opérateurs funéraires, agents de l’état civil, des cimetières et des crématoriums). L’objectif du projet « COFUNERAIRE : co-construire une réponse funéraire en contexte de la pandémie du Covid-19 » est aussi d’apprécier les multiples impacts de ces aménagements sur les personnes endeuillées et d’analyser les ressources qu’elles ont pu développer pour faire face à cette situation singulière et les impossibilités auxquelles elles ont été confrontées.

Ces recherches se fondent sur une approche qualitative – observations, entretiens – principalement en France et en Suisse, mais également en Italie. Elles partent de l’hypothèse qu’en raison de l’étendue et de la durée de cette crise sanitaire, les conséquences en matière funéraire nécessite une réponse collective co-construite prenant en compte la reconnaissance et la sécurisation des pratiques professionnelles, la gestion des corps selon les recommandations tant sanitaires que sociales, la ritualité funéraire au moment du décès et lors des mois qui suivent.

Pour participer

Ce cycle de webinaires est organisé par le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le réseau des Umifre (unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger) du CNRS et du MEAE et dans le cadre du dispositif de coordination nationale Inserm/CNRS HS3PE-Crises (Crises sanitaires et environnementales – Humanités, sciences sociales, santé publique).

Webinaire Les Sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales – 24 juin 2021

L’épidémie : enjeux scientifiques et politiques d’un « objet-frontière » en sciences biologiques et SHS

La prochaine séance du cycle de webinaires Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales, organisé par la MSH SUD, aura lieu jeudi 24 juin 2021 de 13h à 14h en visioconférence.
Lien de connexion (aucune inscription préalable n’est requise)

Ce cycle de webinaires est organisé par le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme, en partenariat avec le réseau des Umifre (unités mixtes des instituts français de recherche à l’étranger) du CNRS et du MEAE et dans le cadre du dispositif de coordination nationale Inserm/CNRS HS3PE-Crises (Crises sanitaires et environnementales – Humanités, sciences sociales, santé publique)

  • Avec Roger Frutos (DR CIRAD en microbiologie moléculaire / Interactions hôtes – vecteurs – parasites – environnement) et Oliviez Pliez (DR CNRS en géographie / Art-DEV)
  • Animé par Aurélie Binot (anthropologie et agronome, Cirad, dir. adjointe MSH SUD,  et Julien Mary (référent scientifique / MSH SUD / UPVM)
  • Avec Roger Frutos (DR CIRAD en microbiologie moléculaire / Interactions hôtes – vecteurs – parasites – environnement) et Oliviez Pliez (DR CNRS en géographie / Art-DEV)
  • Animé par Aurélie Binot (anthropologie et agronome, Cirad, dir. adjointe MSH SUD,  et Julien Mary (référent scientifique / MSH SUD / UPVM)

Résumé :

En décembre 2019, le monde a été surpris par l’épidémie de COVID-19 qui est rapidement devenue une pandémie. Le principal problème n’est pas vraiment l’émergence d’une nouvelle maladie, cela s’est produit à de nombreuses reprises dans le passé et cela se reproduira à l’avenir. Le problème principal est que le monde a été surpris et pris au dépourvu. Cela n’aurait pas dû être le cas, car nous avions en main toutes les informations nécessaires pour nous préparer. La question est de savoir pourquoi ces informations n’ont pas été traduites en préparation. La réponse est que nous utilisons le mauvais logiciel. La réponse médicale arrive trop tard et la recherche de virus dans l’environnement est en fait inutile.
Et si l’épidémie de COVID-19, comme les maladies infectieuses émergentes passées ou à venir, était un problème de société avant même de devenir un problème médical ? Comment alors les traiter comme tel ? Un virus s’humanise au plan microbiologique en franchissant différents stades. Ce faisant, il acquiert progressivement une « vie sociale », car sa circulation croissante devient de plus en plus clairement reliée aux logiques d’organisation de nos sociétés et de leurs territoires, avec leurs régularités, leurs singularités, leurs inégalités.

Retour haut de page