Le Réseau National des Maisons des Sciences de l’Homme (RnMSH) comprend 23 Maisons des Sciences de l’Homme (MSH) réparties sur toute la France. Il est garant du label MSH. Il s’est principalement constitué dans les années 1990 et 2000. Ces MSH assurent le regroupement, sur un même lieu, de moyens de recherche humains et matériels et, pour certaines d’entre elles, d’unités de recherche comprenant des chercheurs issus des Universités et du CNRS.

 

ORGANISATION ET MISSIONS

Plusieurs textes de référence cadrent l’action des MSH et du RnMSH. Le premier d’entre eux est la Charte du Réseau des MSH, annexé à la convention constitutive du GIS. Le RnMSH est en effet un Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) qui comprend trois entités : le Comité directeur, le Conseil scientifique et le Bureau. Ce GIS est adossé à une Unité Mixte de Services (UMS) qui assure son soutien logistique.

Fondés sur la Charte, cinq principes orientent l’activité des MSH et servent de référence au suivi de l’activité des MSH par le Conseil Scientifique.

Les 5 i,  principes du RnMSH

  • Interdisciplinarité
  • dynamique interinstitutionnelle
  • international
  • implantation régionale
  • identité scientifique

Plus récemment, un projet d’accord cadre entre la CPU et le CNRS a permis d’articuler les actions du Réseau et des MSH en quatre missions.

  • Mission de déploiement-relai : les MSH doivent déployer et ancrer territorialement les dispositifs nationaux que sont (i) les Très Grandes Infrastructures de Recherche en SHS, (ii) les actions coordonnées de valorisation (iii) les actions nationales en faveur de l’IST.
  • Mission de mutualisation : les MSH doivent être en mesure de proposer des services mutualisés d’appui à la recherche à l’ensemble des unités de recherche qu’elles couvrent, CNRS et universitaires. Au-delà des économies d’échelle, la mutualisation encourage des solutions hyper-compatibles qui favorisent l’échange (interopérabilité des données) et le décloisonnement.
  • Mission d’incubation : les MSH doivent s’organiser autour d’une logique de transversalité par rapport aux unités, en capacité de cristalliser des initiatives de recherche qui alimentent le cœur scientifique des unités sans pour autant se situer à l’intérieur de celui-ci. Les MSH doivent en particulier constituer des dispositifs de soutien aux projets interdisciplinaires portés par les jeunes chercheurs et organiser éventuellement les formations nécessaires.
  • Mission de fédération : deux types d’actions peuvent être envisagés. La première consiste à fédérer des unités d’un site pour un projet particulier, en vue d’atteindre un poids scientifique suffisant pour légitimer un leadership national et une visibilité internationale. La MSH exerce alors un rôle de coordinateur pour le projet dont le périmètre et les objectifs doivent être clairement précisés. La deuxième action, liée à la mise en œuvre de la politique de site, conduit à proposer que les MSH jouent un rôle important dans l’animation et la structuration de la communauté scientifique SHS du site.

23 MSH

Le RnMSH  fédère actuellement 23 Maisons des Sciences de l’Homme (MSH), réparties sur la quasi-totalité du territoire national. Presque toutes ont aujourd’hui un statut d’Unité de service et de recherche (USR), à l’exception de la MSH de Bordeaux (association), de l’ISH de Lyon (Formation de Recherche en Evolution), de la MSH de Montpellier (Fédération de Recherche) et de la FMSH qui a un statut de Fondation reconnue d’utilité publique.

Pour consulter la carte des MSH, cliquez ICI

 

CONTACT