La frontière nette entre le dehors et le dedans est illusoire. Notre maison est comme notre corps : trouée, sensorielle et sensible. Nous pouvons toujours tenter de chasser l’altérité, elle est déjà là.