Le seul rétablissement des faits ne suffit pas à invalider les thèses conspirationnistes. Il est nécessaire d’en démontrer  » le dogme informulé « , analyse le philosophe Alain Cambier dans une tribune au  » Monde « .