Pour cette seconde vague de l’appel à séminaires 2017, la MSH Paris-Saclay a retenu 4 projets.

Chacun bénéficiera d’une dotation pouvant aller jusqu’à 4000 €, dont la gestion sera directement assurée par la MSH Paris-Saclay.

Les 4 projets retenus sont les suivants :

 

Genre et monde carcéral. Perspectives éthiques et politiques

Responsables scientifiques : Natacha Chetcuti-Ossorovitz (IDHES – ENS Pari-Saclay / CNRS) et Patricia Paperman (LEGS – CNRS/Paris 8)

Ce séminaire a pour objectif de construire une réflexion sur l’émergence récente, dans le champ des sciences sociales, de travaux portant sur les femmes en prison et d’engager un questionnement sur le rapport entre genre et expériences carcérales. Il s’agira d’interroger les transformations en cours du monde carcéral et d’identifier leurs effets sur la détention féminine en particulier. Notre premier souci sera de restituer l’état des travaux antérieurs et les questionnements qui ont façonné ce nouveau champ de recherche afin de ressaisir ses conditions d’émergence. Les différentes interventions de l’année, au nombre de huit, s’attacheront à donner un premier état des lieux à travers un ensemble de thématiques, entre autres : le lien entre le statut d’auteur-e-s et de victimes de violences ; l’incarcération de masse à l’aune du partenariat public/privé ; l’incidence des normes de genre sur les figures persistantes des femmes criminelles ; le rapport entre violences sexuées et parcours carcéraux. En faisant ainsi dialoguer des travaux menés en Europe sur le monde carcéral dans une perspective intersectionnelle des rapports de domination, les différentes contributions présenteront les diverses méthodes d’enquêtes selon les régimes disciplinaires observés.

 

Conflits et Territoires

Responsables scientifiques : André Torre et Marianne Ehrlrich (SAD-APT UMR 1048 – AgroParisTech / INRA), Kirat Thierry (IRISSO  UMR 7170 – Université Paris Dauphine / CNRS)

L’objectif du séminaire mensuel Conflits et Territoires est de permettre de permettre la discussion la plus large (pluridisciplinaire et en interface avec la société civile) sur la question des conflits liés à l’espace, et tout particulièrement sur la place des conflits dans la construction et la gouvernance des territoires.
Chaque séminaire, d’une durée de deux heures, est consacré à la présentation d’un travail ou au bilan d’une recherche sur la question des conflits, suivie d’une discussion avec la salle. Les séances se déroulent les derniers mardi du mois de 13h00 à 15h00 à l’INA-PG (16 Rue Claude Bernard, Paris Vème). Par la suite, un support académique sera recherché (ouvrage collectif), pour faire le bilan sur les années d’échange et de travail.

 

Recherche et innovation responsables : éclairages interdisciplinaires

Responsables scientifiques : Liliana Mitkova et Cédric Gossart (LITEM EA 7363 – UEVE / TEM),

Le séminaire vise à favoriser une réflexion originale sur la recherche et de l’innovation responsables dans différentes disciplines scientifiques et de renforcer la collaboration entre laboratoires de l’Université ParisSaclay. Il se déclinera en cinq séances de deux heures chacune, organisées sur les différents sites des laboratoires partenaires.

 

Un design radical 1953-1981 : art, politique, économie et sciences humaines

Responsables scientifiques : Catherine Geel et Claire Brunet (Département Design – ENS Paris-Saclay), Emanuele Quinz (Scènes du monde, création, savoirs critiques EA 1573 – Paris 8)

Le séminaire est un 1er volet de 4 semestres de 5 séances qui s’organisent sur deux années universitaires (2018-2020). Il contextualise les pratiques des designers européens dans la 2de moitié du XXème siècle dans les débats de sociétés pour démontrer et analyser les procédures d’interpénétration des domaines qui concernent la discipline. Des chercheurs de différentes aires géographiques et des témoins de champs disciplinaires variés (architecture, design, philosophie, sciences humaines et sociales, conservation) sont conviés. On interrogera en 2018, la notion de design radical (1965-74) spécifique à l’Italie à l’aune de cinq sujets : l’influence anglaise des années 1950, le décollage industriel italien et sa critique marxienne, la vie culturelle, la valeur de l’innovation et le renouvellement de la réflexion pédagogique sur l’enseignement du projet.