Natacha Chetcuti Osorovitz présentera son livre Femmes en prison et violences de genre. Résistances à perpétuité le 4 octobre de 14h à 16h en présentiel à l’ENS Paris-Saclay et en visioconférence.

Cynthia Colmellere, directrice du département SHS de CentraleSupelec sera sa discutante.

Cette présentation, soutenue par la MSH Paris-Saclay, aura lieu en format hybride :
– En présentiel à l’ENS Paris-Saclay (bibliothèque Durkheim), 4 Avenue des Sciences, 91190 Gif-sur-Yvette
– En distanciel : un lien vous sera communiqué au plus tard la veille de l’événement

Pour participer à cet événement, inscrivez-vous jusqu’au jeudi 30 septembre 2021 via le formulaire suivant en distanciel ou en présentiel :
https://forms.gle/ws3nE7cMVnju4VLq6

Éditeur : La Dispute éditions
Collection : Le genre du monde
ISBN : 9782843033056
Date de parution : 28 mai 2021
288 p.

Présentation

Femmes déviantes, rebelles, violentes… C’est à rebours de ces stéréotypes que cet ouvrage se consacre aux femmes incarcérées pour de longues peines.

Natacha Chetcuti-Osorovitz, en s’appuyant sur les récits de détenues, reconstruit des itinéraires marqués par la violence de genre que ces femmes ont subi en amont de leur passage à l’acte et de leur condamnation. C’est à la mise en évidence de ce continuum de violences que tient d’abord l’originalité de ce livre. Dans le même esprit, l’auteure montre comment le parcours pénal est façonné par un dispositif disciplinaire où les femmes doivent se conformer à l’ordre social de genre. In fine, cette ethnographie de longue durée traite de ces questions d’actualité que sont la carcéralisation, le consentement, les violences de genre et l’émancipation. Femmes en prison et violences de genre. Résistances à perpétuité redonne et reconnaît ainsi à ces détenues leur pleine humanité.

L’autrice

Natacha Chetcuti-Osorovitz est sociologue, maîtresse de conférences HDR à CentraleSupélec et chercheure permanente au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES, UMR 8533), à l’ENS Paris-Saclay. Elle est spécialiste de l’épistémologie féministe, des violences de genre, de la sociologie carcérale et du lesbianisme.