La MSH Paris-Saclay est une unité de service et de recherche CNRS implantée au cœur de l’Université Paris-Saclay.

Créée en 2015, elle est une des plus récentes du réseau national des « Maisons des sciences de l’Homme ». Elle hérite de la pensée interdisciplinaire promue par Fernand Braudel qui a été à l’initiative de la fondation des MSH en 1962. Son idée était de développer une recherche interdisciplinaire interne aux sciences humaines et sociales qui avait contribué au rayonnement de la recherche française, avec notamment l’émergence de l’École des Annales dans la première moitié du vingtième siècle et du Structuralisme dans sa deuxième moitié.

Ancrée dans le vingt-et-unième siècle, la MSH Paris-Saclay se fixe le nouvel objectif de développer l’interdisciplinarité entre les SHS et les autres sciences. Cette réorientation stratégique répond à la nécessité de relever deux défis majeurs pour les générations futures : la transition numérique et la transition écologique. Les axes de recherche de la MSH Paris-Saclay ont été définis dans le but de mettre les chercheurs SHS du périmètre Paris-Saclay au service de ces enjeux. Ainsi la MSH Paris-Saclay propose deux axes de recherche sur ces grandes transitions et un axe transversal sur l’innovation.

Le premier axe, « Numérique et humanités », catalyse les dynamiques de recherche autour de la révolution numérique et ses ambivalences. Si, d’une part, cette révolution change le visage des sociétés et des économies, et représente une opportunité indéniable de développement, d’autre part, elle pourrait constituer une menace pour nos libertés individuelles. Les enjeux sociétaux des réseaux, des données massives, de l’algorithmique sont au cœur des projets de recherche labellisés par la MSH.

Le deuxième axe, « Environnement et santé », a pour objectif de porter les interactions entre les recherches sur l’environnement, le territoire et la santé. Scientifiques et politiques sont notamment préoccupés par les relations entre santé humaine et santé environnementale. La prédation de l’environnement accélérée par le progrès scientifique a permis par le passé la subsistance des humains. Elle met aujourd’hui en péril leur subsistance future. Les urgences environnementales et sanitaires invitent les scientifiques à produire des solutions à l’heure où le mot d’ordre mitigation semble ne plus être d’actualité et celui d’adaptation s’impose. La MSH Paris-Saclay mobilise les forces SHS du périmètre sur ces questions épineuses.

A ces deux axes s’ajoute l’axe transversal sur « Transition et innovation », qui accompagne les recherches méthodologiques et réflexives sur les sciences et les techniques, et l’innovation comme cause et effet des transitions.

Soutenue par le CNRS et l’Université Paris-Saclay (dont l’ENS Paris-Saclay et les universités de Paris-Sud et Versailles- Saint-Quentin sont membres), la MSH Paris-Saclay profite d’un environnement scientifique exceptionnel qui fédère 15% des forces de recherche du pays, et incarne la mission préconisée par l’Alliance ATHENA pour les MSH de fédérer les forces SHS du site en animant un réseau scientifique de 1200 chercheurs en SHS intéressés aux questions interdisciplinaires, répartis dans 37 unités de recherche SHS et une quinzaine d’autres unités.

 

Stefano BOSI
Professeur d’économie
Directeur de la MSH Paris-Saclay

 

 

The MSH Paris-Saclay is a CNRS research unit positioned at the heart of the University Paris Saclay. Created in 2015, it is one of the most recent “Maisons des sciences de l’homme” (Houses of human and social sciences) of the national MSH network. It has inherited the tradition of pluridisciplinary thinking promoted by Fernard Braudel who founded the first MSH in 1962. His project was to develop interdisciplinary research within the human and social sciences, building on the international fame of French experience in this field, in particular with the Annales school in the first half of the 20th century and structuralism in the second half.

Resolutely anchored in the 21st century, the MSH Paris-Saclay aims to extend this objective to developing interdisciplinarity between human and social sciences and other scientific disciplines. This broadening of its objectives is a strategic answer to two major challenges for future generations: the digital revolution and the ecological transition. The research objectives of the MSH Paris-Saclay have been defined so as to harness research efforts of human and social scientists from the University Paris-Saclay in support of these issues. Thus, the MSH Paris-Saclay is structured around two main research topics along these two major transformations, and one transversal topic dealing with innovation.

The first topic, “Digital humanities” brings together ongoing research concerning the digital revolution and its ambiguities. Although on the one hand this revolution has profoundly changed societies and economies and offers undeniable opportunities for development, on the other hand, it might threaten our individual liberties.  Research projects endorsed by the MSH Paris-Saclay focus prominently on societal questions such as networks, big data and algorithmics.

The second stream, “Environment and society”, aims to study interactions between research on the environment, on territories and on health. Scientists and politicians are concerned among other things by the relationship between human health and environmental health. Humans have achieved their survival in the past through predation on the environment, accelerated by scientific progress. Today, this predation endangers their future survival. Environmental and sanitary crises call for scientists to elaborate solutions that can no longer be mitigations but that must be adaptations. The MSH Paris-Saclay federates all its human and social scientists on these challenging issues.

Alongside these two thematic topics, the transversal topic “Transition and innovation” organises methodological and reflexive research on science and technology and on innovation as cause and consequence of these transitions.

Receiving support from the CNRS and the University Paris-Saclay (of which the ENS Paris Saclay and the universities of Paris Sud and Versailles Saint Quentin are members), the MSH Paris-Saclay benefits from an exceptional scientific environment which brings together 15% of French researchers. It embodies the mission recommended by the ATHENA Alliance for the MSH to organise all human and social scientists of the site by coordinating a scientific network of 1200 researchers in human and social sciences interested in interdisciplinary questions, distributed among 37 human and social sciences research units and more than a dozen other research units.