Autres thématiques : La place du chercheur et de la recherche en SHS / Santé, éducation, bien-être / Economie / Droits et libertés / Gouvernance en temps de crise / Crises et mutations : approche générale


ÉTUDE INA. En période de coronavirus, la parole d’autorité dans l’info télé reste largement masculine

David Doukhan, Ingénieur de recherche à l’INA

Cécile Méadel, Professeure à l’université Paris-II et directrice du CARISM

Marlène Coulomb-Gully, Professeure à l’université Toulouse-II Jean Jaurès

INA, La Revue des Médias, 23 juin 2020

La crise provoquée par la Covid-19 a logiquement mis la santé au cœur des sujets d’information télévisée. Alors que le secteur de la santé est très féminisé, la parole d’autorité est, dans ce secteur comme dans les autres, restée principalement masculine.


Covid-19 et proximités : sous la distance physique, les liens sociaux

André Torre, économiste, Directeur de recherche à l’INRAE et AgroParisTech, Université Paris-Saclay.

Mondes sociaux, 30 juin 2020

Les proximités jouent un rôle central dans la crise du Covid-19. En effet, elles favorisent la propagation de la pandémie, réduisent les interactions humaines et sociales ou permettent d’échanger et de garder le contact à distance. Comment se rattachent-elles à leur ancêtre, la proxémique, ou à d’autres conceptions de la distance et de l’empathie développées par les sciences humaines et sociales ?


Digital inequalities in time of pandemic: COVID-19 exposure risk profiles and new forms of vulnerability

Collectif, dont Paola Tubaro, LRI (CNRS/ Université-Paris-Saclay) et Antonio Casilli (i3, CNRS, TelecomParis)

First Monday, 20 juin 2020

In this article, we argue that new kinds of risk are emerging with the COVID-19 virus, and that these risks are unequally distributed. 


Villes denses, villes vertueuses : un modèle indépassable ?

Gabriel Dupuy, Professeur émérite d’Aménagement Université Paris1 Panthéon Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

The Conversation, 9 juin 2020

La densité des villes est soupçonnée d’avoir participé à la propagation du virus. La crise questionne nos modèles d’urbanisme, trop centrés sur la densification des métropoles.


“Le Covid a introduit dans les relations sociales ce que le sida avait entraîné dans les relations amoureuses”

Pascal Lardellier, de l’Université de Bourgogne

Emmanuel Désveaux est anthropologue et directeur d’études à l’EHESS

France 3 Bourgongne Fanche-Comté, 30 mai 2020

La crise sanitaire va t-elle radicalement changer nos comportements sociaux ? Pour beaucoup d’entre nous, les bises, bisous et poignées de main appartiennent désormais au passé. Mais selon les scientifiques, une fois la crise passée, le naturel pourrait revenir au galop.


« Le risque est d’oublier la dignité humaine des personnes âgées et vulnérables »

Entretien avec le gériatre Régis Aubry, co-président de la Plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie, et Benoît Eyraud, sociologue au Centre Max Weber.

Journal du CNRS, 28 mai 2020

Interdiction des visites dans les Ehpad, isolement dans les chambres… Certaines mesures de protection des personnes âgées ou vulnérables prises durant la pandémie de Covid-19 posent question.


« La solidarité comme modèle social n’est pas une utopie »

Axelle Brodiez-Dolino, Historienne, Chercheuse au CNRS

Politis, 20 mai 2020

Spécialiste des questions de pauvreté et de précarité, Axelle Brodiez-Dolino souligne le caractère inédit de la crise déclenchée par le coronavirus et le rôle essentiel de la société civile en pareil moment.


Carrières : avec la crise, quatre manières d’appréhender sa quête de sens au travail

Pauline de Becdelievre, Maître de conférence/ enseignant-chercheur, Ecole Normale Supérieure Paris-Saclay – Université Paris-Saclay

François Grima, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC)

The Conversation, 19 mai 2020

À l’instar de toutes les grandes crises, la pandémie de Covid-19 constitue un choc pour l’ensemble des salariés. Si certains ont vu leur activité s’intensifier, d’autres à l’inverse font l’expérience d’un arrêt brutal synonyme d’ennui ou de reconstruction de leur activité à distance avec le télétravail.

Plus fondamentalement, ce moment de rupture constitue une occasion de questionner le sens donné au travail. Le but de cet article est de comprendre comment le choc de carrière lié à la crise sanitaire impacte le sens donné au travail.


Covid-19 : les classes populaires paient-elles le plus lourd tribut au coronavirus en France ?

Emilie Counil, Chercheuse, Institut National d’Études Démographiques (INED) & Myriam Khlat, Chercheuse, Institut National d’Etudes Démographiques (INED), Institut National d’Études Démographiques (INED)

The Conversation, 18 mai 2020

Dans le contexte de cette pandémie, les personnes occupant des emplois à bas salaires dans les services essentiels sont fréquemment contraintes, y compris pour des raisons économiques, de poursuivre leur activité en dépit des risques pour la santé. Risques de contamination sur le lieu de travail, conditions de logement difficiles et comorbidités pourraient alors, en agissant de concert, aggraver les inégalités sociales en matière de santé, avec un effet amplificateur des pertes de revenus et licenciements générés par la crise.

Des données récentes sur les hospitalisations liées au Covid-19 en France reflètent cette situation.


Penser l’après : des forts plus forts dans un monde affaibli

Cyrille Bret, Géopoliticien, Sciences Po – USPC

The Conversation, 15 mai 2020

Un monde neuf naît-il sous nos yeux ? Sans doute pas. Nous voyons plutôt l’émergence d’un monde plus dur et plus inégalitaire où les plus puissants sont affaiblis mais résistent mieux, tandis que les plus faibles sont, eux, durablement affaiblis et risquent l’effondrement. Le « monde d’après » connaîtra non pas un bouleversement mais un durcissement.


Le Covid-19 suscite une nouvelle stigmatisation des personnes LGBT+

Willy Dunbar, Doctorant en Politiques et Systèmes de Santé à l’Université Libre de Bruxelles

Yves Coppieters, Professeur à l’Ecole de santé publique de l’Université Libre de Bruxelles

The Conversation, 14 mai 2020

Les maladies infectieuses et la stigmatisation partagent une relation longue et problématique, en particulier lorsque les décès sont importants et le Covid-19 n’est pas une exception. Cette attaque reflète le type de comportement discriminatoire et parfois criminel qui surgit en temps de crise à l’encontre des minorités, dans des périodes particulièrement anxiogènes. Or, la stigmatisation et les actes discriminatoires contre les minorités sexuelles (LGBTQ+), représentent aussi un obstacle à leurs suivis médicaux.


Pour lutter contre les inégalités sociales de santé, il faut pouvoir les mesurer !

 Thierry LANG, professeur de Santé Publique, université de Toulouse

Tribune, Libération, 4 mai 2020

Difficile en France d’avoir des données reliant santé et contexte social, alors qu’on sait déjà que ces inégalités vont se creuser pendant et longtemps après la crise actuelle.


Coronavirus. Les travailleurs aux statuts précaires ne peuvent s’offrir le « luxe » du confinement, selon l’économiste Thomas Piketty

Thomas Piketty, économiste, Directeur d’études à l’EHESS et Professeur à l’Ecole d’Economie de Paris

La Montagne, 3 mai 2020

Économiques ou sanitaires, les crises frappent d’abord, et plus durement, les milieux les moins fortunés et les plus précaires. Le confinement est un « luxe » que ceux-ci ne peuvent pas s’offrir, rappelle l’économiste Thomas Piketty.


Thomas Piketty : « Je suis frappé par la violence des inégalités sociales dans cette crise »

Thomas Piketty, économiste, Directeur d’études à l’EHESS et Professeur à l’Ecole d’Economie de Paris

France 24, 29 avril 2020

L’économiste Thomas Piketty revient sur la lutte contre la pandémie de Covid-19 et sur la stratégie française pour sortir du confinement, présentée mardi 28 avril 2020 par le Premier ministre, Édouard Philippe. Selon lui, « la vraie urgence », c’est de faire face aux « inégalités extrêmement fortes » face à la crise épidémique, affirme sur France 24 l’auteur de « Capital et idéologie » (Ed. Seuil).


Le coronavirus, révélateur des inégalités territoriales françaises

Nadine Levratto, Directrice de Recherche au CNRS, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières

Giuseppe Arcuri, Maître de Conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Mounir Amdaoud, Economiste, membre associé au laboratoire CEPN, Université Sorbonne Paris Nord – USPC

The Conversation, 28 avril 2020

Dès les premiers signes de l’épidémie de Covid-19, les commentateurs ont relevé les différences d’exposition selon les régions en insistant dans un premier temps sur l’apparition du patient zéro, puis sur les mouvements de population. Au-delà de ces aspects ponctuels, la concentration géographique de l’épidémie a amené à regarder du côté des disparités entre les régions françaises. C’est à ce besoin d’une approche socio-économique spatialisée que répond ce texte.


Le confinement aggrave-t-il les inégalités scolaires ?

Anne Barrère, sociologue de l’école et de l’éducation, professeure en sciences de l’éducation à l’université de Paris, membre du Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis – CNRS/Université Sorbonne Nouvelle/Université de Paris)

Podcast, Le Journal du CNRS, 15 avril 2020

Depuis la fermeture des écoles il y a un mois, les enseignants tentent de préserver le lien avec leurs élèves. Mais derrière cette volonté de continuité pédagogique se cachent des situations très diverses faisant ressortir les inégalités entre élèves, comme l’analyse la sociologue Anne Barrère dans ce podcast.


Épidémie virale et panique morale : les quartiers populaires au temps du Covid-19

Renaud Epstein et Thomas Kirszbaum

Revue AOC Média, 15 avril 2020

Les quartiers populaires fournissent le gros des troupes face à l’épidémie de Covid-19. Il n’est donc pas interdit d’espérer qu’à la « guerre sanitaire » succédera une bataille politique et sociale, pour que leurs habitants ne soient plus considérés comme une menace, mais voient leurs mérites reconnus et les risques disproportionnés qu’ils encourent enfin pris en compte. N’en déplaise aux spécialistes de la stigmatisation qui ont encore donné de la voix ces derniers jours


Logement : comment la crise sanitaire amplifie les inégalités

Anne Lambert, Sociologue, directrice de l’unité de recherche Logement, Inégalités Spatiales et Trajectoires (INED)

& Fanny Bugeja MCF en sociologie à l’Université Paris Nanterr

The Conversation, 7 avril 2020

La crise sanitaire ne cesse de nous rappeler combien notre monde est (re)devenu inégalitaire. Des conditions de travail à l’accès à l’éducation, aux soins, ou encore à Internet, de nombreuses dimensions de notre vie sociale sont bouleversées par la pandémie.

Le logement ne fait pas exception à ce triste tableau.


« Distanciation sociale » : de quoi parle-t-on ?

Jean Pruvost,Lexicologue, a été Professeur à l’Université de Cergy Pontoise

Le Figaro, 5 avril 2020

Distanciation sociale. Depuis la crise sanitaire, la formule est souvent entendue. Que signifie-t-elle? Le linguiste et auteur des Secrets des mots (Vuibert) Jean Pruvost revient sur son origine.


Dans le quotidien des couples séparés qui traversent le confinement sous le même toit

Entretien avec Marie Anaut, Psychologue clinicienne, Professeure à l’Université Lyon 2

Le Figaro madame, 4 avril 2020

Pour Marie Anaut, psychologue clinicienne et professeure à l’Université Lyon-II, la quarantaine est une période difficile pour de nombreux couples, séparés ou pas. «Le confinement risque d’exacerber les tensions qui existent déjà au sein d’un couple. Chez certaines personnes, on observe néanmoins que ce type d’événements peut être l’occasion de se redécouvrir», indique la thérapeute. C’est ce qu’espère Salomé.


« Une scission entre les générations est dans l’ordre des possibles »

Hartmut Rosa, sociologue et philosophe, auteur de Accélération – Une critique sociale du temps, (Paris, La Découverte, 2010 ; publ. Orig. 2005)

Entretien avec Marie-Joëlle Eschmann, Neue Zürcher Zeitung, 3 avril 2020

L’accélération appartient au passé. Dans les derniers jours, bien des agendas se sont vidés. Ce que les femmes et les hommes modernes peuvent tirer de l’immobilisation. Et quels sont les grands dangers qui menaçent.


Ce que les manifestations publiques révèlent de notre rapport au monde en confinement

Mar Pérezts, Associate professor, EM Lyon & Ghislain Deslandes, Professeur en philosophie des sciences de gestion, ESCP Business School

The Conversation, 2 avril 2020

 » Nous assistons là, finalement, à une sorte d’expérience métaphysique, dans laquelle l’humanité d’autrui nous apparaît par « résonance intérieure », c’est-à-dire par l’intermédiaire d’une expérience collectivement éprouvée – ce confinement étant le plus grand dénominateur commun actuel de l’humanité – dans laquelle s’accroît notre sentiment d’une même condition, et d’un même vivre. »


Le confinement dû au coronavirus accroît la violence des « petites inégalités »

François Dubet, sociologue

Le Monde, 27 mars 2020

Le sociologue redoute, dans cette période de pandémie, la montée d’un sentiment d’injustice au sein d’une partie de la population, tant tous ne vivent pas la situation dans les mêmes conditions. La recherche de boucs émissaires pourrait devenir tentante.


« Le confinement se décline différemment selon sa place dans la société »

Antonio Casilli, Sociologue, UMR i3 (TélécomParis, CNRS)

Interview par Nicolas Celnik, Libération, 25 mars 2020

Pour le sociologue Antonio Casilli, la crise du coronavirus est révélatrice des inégalités entre ceux qui peuvent télétravailler et les employés en fin de chaîne, caissiers, livreurs ou transporteurs, dont les métiers sur le terrain s’avèrent indispensables. Malgré les promesses du tout-numérique.



« Cette crise rend visibles ceux qui sont d’ordinaire invisibles »

Camille Peugny, Sociologuue, Laboratoire PRINTEMPS (CNRS / UVSQ)

Interview par Laure Bretton dans Libération, 24 mars 2020

Pour le sociologue Camille Peugny, l’épidémie de coronavirus révèle la fracture entre deux mondes : les «vainqueurs de la mondialisation» sont chez eux, tandis que ceux qui sont «à leur service» sont dehors.


Hôpitaux saturés, patients sacrifiés : relire l’histoire des politiques de santé pour comprendre

Chloé Leprince

France Culture, 24 mars 2020

En 1919, on parlait déjà du rendement des soignants à l’hôpital public. 100 ans plus tard, on découvre avec le coronavirus les chiffres du nombre de lits supprimés en France : on est par exemple cinq fois moins bien couvert en réanimation qu’en Allemagne. Retour sur 40 ans de politique hospitalière.


« Ce n’est pas d’en haut qu’il faut espérer du changement »

Didier Fassin, médecin et sociologue, professeur à Princeton et au Collège de France

Interview par Joseph Confavreux sur Médiapart, 22 mars 2020

Didier Fassin compare la situation en France et aux États-Unis face à l’épidémie de coronavirus.  La crise actuelle peut-elle faire espérer un changement réel ?


Télétravail et travail domestique: nos vies confinées sont inégalitaires

Emilie Biland-Curinier, Professeure de sociologie, Sciences Po, CSO

Blog Médiapart, 20 mars 2020

En réunissant les deux faces, domestique et professionnelle, du travail, le confinement révèle les puissantes inégalités qui structurent la vie privée et le monde du travail. Il nous incite à poursuivre, depuis nos foyers, les luttes pour la justice sociale et l’émancipation féministe qui nous ont tant mobilisées dans les derniers mois.


Avec le coronavirus et le confinement, le scandale des inégalités sociales éclate

Anne Lambert, Sociologue, chercheuse à l’Institut national d’études démographiques, directrice de l’unité de recherche « Logement et Inégalités Spatiales »

Huffington Post, 19 mars 2020

Soignants, fonctionnaires, prolétariat urbain endiguent l’épidémie tandis que les classes supérieures fuient. Il faudra s’en souvenir. Il faudra que justice se fasse.


Ces femmes qui travaillent chez les autres

 Alizée Delpierre, sociologue au Centre de sociologie des organisations

Libération, 18 mars 2020

Il est temps d’interpeller le gouvernement tout comme les citoyen·ne·s ayant recours au service à domicile sur les risques de perte d’emplois et de contamination


Covid-19 : « Nous ne sommes pas accoutumés au recueillement »

Nicolas Grimaldi, Philosophe

Entretien avec Florence Sturm, France Culture, 18 mars 2020

Face à l’évolution de la pandémie de coronavirus, la France a fait le choix du confinement : selon le philosophe Nicolas Grimaldi, le retranchement imposé par cette situation révèle que l’on ne vit pas pour soi-même, mais pour notre lien avec les autres.


Consulter les autres thématiques :

La place du chercheur et de la recherche en SHS / Santé, éducation, bien-être / Economie / Droits et libertés / Gouvernance en temps de crise / Crises et mutations : approche générale