MSH Paris-Saclay

Histoire

Histoire

La MSH Paris-Saclay est une unité de service et de recherche CNRS implantée au cœur de l’Université Paris-Saclay. Fondée en 2015, elle est une des plus récente du réseau national des « Maisons des sciences de l’Homme », mais héritière de la pensée transdisciplinaire promue par Fernand Braudel. Il a été à l’initiative de la fondation des MSH en 1962 dont l’idée était de développer une recherche transdisciplinaire intra-SHS fidèle à ses inspirations scientifiques. Celle-ci a contribué au rayonnement de la recherche française en sciences humaines et sociales dès le début du XXème siècle avec notamment l’émergence de l’École des Annales fondée par Lucien Febvre, puis, dans les années 60-70 grâce au structuralisme porté par Lacan, Lévi-Strauss et Foucault.

Ancrée dans les enjeux contemporains, la MSH Paris-Saclay se fixe comme nouvel objectif de développer l’interdisciplinarité entre les SHS et les autres sciences. Cette orientation répond à la nécessité de relever deux défis majeurs pour les générations futures : la transition numérique et la transition écologique. Les axes de recherche de la MSH Paris-Saclay ont été définis dans le but de mettre les chercheurs SHS du périmètre Paris-Saclay au service de ces enjeux. Ainsi la MSH Paris-Saclay propose deux axes de recherche sur ces grandes transitions « Numérique et humanité » et « Environnement et santé » ainsi qu’un axe transversal « Transition et innovation ». En outre, la MSH ayant pour philosophie de valoriser et soutenir la recherche autant que possible, d’autres projets peuvent être acceptés en dehors de ces axes s’ils remplissent l’exigence d’interdisciplinarité.

Soutenue par le CNRS, l’ENS Paris-Saclay, l’Université Paris-Saclay et l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, la mission de la MSH Paris-Saclay est de fédérer et d’animer un réseau scientifique de 1200 chercheurs en SHS répartis dans 41 unités de recherche (aujourd’hui 37) aux disciplines variées et complémentaires. Elle prend racine dans un campus en plein essor qui représente déjà 15% de la production scientifique nationale.

Services

Services

Direction

Pierre Guibentif (directeur)
La direction définit la politique scientifique de la MSH Paris-Saclay, en concertation avec les tutelles et le Réseau national des MSH (RnMSH). Elle encourage des projets fédérateurs et promeut l’interdisciplinarité interne aux SHS et entre celles-ci et les autres sciences.

Yara Hodroj (secrétaire générale)
La secrétaire générale organise et conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) Paris Saclay. Elle encadre l’équipe administrative de la MSH Paris-Saclay,  accompagne les porteur·se·s de projets et coordonne l’ensemble des activités de l’unité.

Pôle administratif et financier

Cristelle Celton (assistante administrative et financière)
L’assistante administrative et financière assure la circulation de l’information financière et accompagne les porteur·se·s des projets dans les procédures financière et l’utilisation des fonds qui leur sont alloués. Elle collecte et contrôle les pièces nécessaires aux opérations de gestion et de justification des dépenses.

Pôle projets

Ariane-Cécile Tom (Chargée de projet)
La chargée d’appui aux projets de recherche accompagne les porteurs de projets dès la conception de ceux-ci. Dans cette optique, elle travaille en étroite collaboration avec la Secrétaire Générale et le Directeur de la MSH Paris-Saclay pour assister les chercheurs et enseignants-chercheurs dans le dépôt de dossiers de candidature aux différents appels à projets de la MSH et d’autres organismes (région, ANR,…). Elle contribue à l’évaluation des projets et aide à la valorisation des résultats.

Pôle médiation et communication

Florence Parizot (Chargée de communication et de médiation scientifique)
La chargée de communication et de médiation scientifique contribue à diffuser les activités de la MSH Paris-Saclay, notamment via son site web et ses réseaux sociaux. Elle aide les chercheur·e·s à organiser des événements scientifiques et assure leur communication en proposant des affiches et des supports graphiques adaptés.

Thierry Cayatte (Graphiste)
Le graphiste crée l’ensemble des supports visuels des événements soutenus par la MSH Paris-Saclay et il est le garant de son identité graphique.

Pôle Édition

Flavie Lavallée (éditrice)
L’éditrice se charge des différentes publications de la MSH Paris-Saclay. Son travail consiste à relire les textes, les corriger le cas échéant et les mettre aux normes éditoriales en vigueur. Elle a aussi la mission de les mettre en page pour permettre leur publication papier et numérique.

Pôle recherche

Elsa Bansard (Ingénieure de recherche)
Pour compléter et valoriser les recherches des laboratoires membres, la MSH Paris-Saclay est appelée à prendre ses propres initiatives de recherche. Son pôle de recherche se consacre actuellement au projet « Les SHS face au Covid-19 ». La parole des chercheur·e·s en SHS dans cinq médias depuis le début de la pandémie est structurée et analysée.

Organigramme

Présentation de la MSH Paris-Saclay

Présentation de la MSH Paris-Saclay

La Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay est une structure d’accueil, d’impulsion, de promotion et de diffusion de la recherche en sciences humaines et sociales au sein de l’écosystème de Paris-Saclay.

Créée le 1er janvier 2015, la MSH Paris-Saclay est une Unité de Service et de Recherche dotée de quatre tutelles que sont le CNRS, l’Université Paris-Saclay, l’ENS Paris-Saclay et l’UVSQ (Université Versailles Saint Quentin en Yvelines).

La MSH Paris-Saclay a vocation à développer des projets de recherche en sciences humaines et sociales autour d’axes de recherches spécifiques liés à son environnement scientifique et à son territoire. Elle a un rôle de fédération de la recherche dans le domaine des SHS et avec les autres sciences du périmètre saclaysien. Concrètement, elle finance, coordonne et soutient les projets scientifiques des 38 laboratoires partenaires du périmètre saclaysien. Ses activités scientifiques prennent également la forme d’encouragement à la valorisation de la recherche et d’accueil de revues scientifiques, d’hébergement de GIS ou toutes autres structures liées à ses axes de recherches thématiques.

LA Direction de la MSH Paris-Saclay

La direction de la MSH Paris-Saclay est menée depuis 2020 conjointement par Maryse Bresson, sociologue, Professeure à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et chercheuse au laboratoire Printemps, et Pierre Guibentif, sociologue du droit et juriste, Professeur titulaire à l’Institut universitaire de Lisbonne (ISCTE-IUL), actuellement membre de la direction du Dinâmia’CET-IUL, Centre for Socioeconomic and Territorial Studies.

Pendant ce mandat de cinq années, la gouvernance de la MSH Paris-Saclay reposera sur une direction collégiale, avec une alternance à mi-mandat de la fonction de directeur / directrice, une formule par laquelle la direction souhaite affirmer son attachement aux principes de collégialité et de parité qui sont au fondement de toute activité scientifique.

Yara Hodroj, Secrétaire générale de la MSH Paris-Saclay, complète l’équipe de direction.

Maryse BRESSON :

Maryse Bresson est professeure de sociologie à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, au laboratoire Printemps depuis 2008. Ancienne élève à l’École Normale Supérieure de Cachan (1988-1992), devenue ENS Paris Saclay ; agrégée de sciences économiques et sociales (1991) ; elle a été maîtresse de conférences à l’Université de Rouen (1996-99) et à l’Université de Lille 3-IUT B en 1999-2008. Elle a exercé diverses responsabilités, comme directrice d’IUT à Lille ; directrice de l’UFR des sciences sociales ; vice-présidente déléguée, chargée des relations sociales et professionnelles à l’UVSQ. Spécialiste des questions de précarité, de politique sociale et d’intervention sociale, elle a publié de nombreux ouvrages et articles. Dernier ouvrage collectif co-dirigé : Sociologues et économistes face à la demande de savoirs, participation et contournements paru fin 2019 aux éditions de la MSH Paris Saclay. Dernier ouvrage individuel : Sociologie de la précarité, 3e édition actualisée et augmentée, sous presse aux éditions Armand Colin en mars 2020. Elle coordonne actuellement un projet franco-québécois ANR/FQRSC sur l’aide à domicile auprès des aînés (2016-2020, prolongé jusqu’à mars 2021).

Pierre GUIBENTIF :

Pierre Guibentif est professeur titulaire à l’Institut universitaire de Lisbonne (ISCTE-IUL) et chercheur au Dinâmia’CET-IUL, qu’il co-dirige. Études (droit et sociologie) et doctorat en droit à l’Université de Genève. Ses recherches et publications portent sur la sociologie du droit et les théories de la société. Il est co-éditeur de la Zeitschrift für Rechtssoziologie, membre du Comité éditorial de la revue Droit et Société et du Board du Research Committee on Sociology of Law de l’Association internationale de sociologie et participe à la coordination du Comité de recherche « Études socio-juridiques – Sociologie du droit » de l’Association internationale des sociologues de langue française ainsi que de la Section « Sociologie du droit et de la justice » de l’Association portugaise de sociologie. Directeur scientifique de l’Institut international de sociologie du droit (Oñati) de 1998 à 2000 ; président du Conseil scientifique du Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme de 2006 à 2010 ; membre du Jury du Prix Jean Carbonnier de 2014 à 2016 ; actuellement membre du Conseil scientifique de la Mission de Recherche Droit et Justice.

Yara HODROJ :

Yara Hodroj est docteur en physique optique de l’université Claude Bernard-Lyon1. Après sa thèse elle a travaillé au CEA à Saclay en tant que chercheuse post doctorale. Elle a poursuivi ses activités à l’Université du Maine en tant qu’ATER. Auteur de 10 articles publiés dans des revues internationales. Ensuite elle a rejoint l’université Paris Sud (devenue l’université Paris-Saclay) en tant que chargée des projets Investissements d’Avenir ou elle a assuré l’interface entre les différents interlocuteurs scientifiques, financiers, administratifs et juridiques de grands projets collaboratifs stratégiques. Ensuite elle a occupé un poste de chef de projet d’un projet centré sur les technologies quantiques labellisé Domaine d’intérêt majeur par la Région Île-de-France. Elle a travaillé en tant qu’ingénieur de recherche au CNRS à l’Institut d’Optique, Palaiseau pour assurer les liens entre les instances de direction du projet, les 32 laboratoires des 21 partenaires, le conseil scientifique, et les instances de la Région IDF. Elle a assuré la gestion administrative et financière du projet pour un budget de 10 M€ et coordonné les actions de communications, de valorisation, de formation et de vulgarisation du projet.

Retour haut de page