Nouvelle Revue du Travail

Travailler dans l’agriculture

Julie Landour[1], Emmanuelle Leclerq[2], Madlyne Samak[3] et Ariel Sevilla[4]

Depuis le début des années 2000, les recherches sur les groupes sociaux d’agriculteurs ont connu un certain renouveau, comme en témoigne la parution de plusieurs publications collectives. A partir d’approches variées (sociologie politique, sociologie de l’éducation, sociologie de la famille et du genre, sociologie économique, sociologie du travail, sociologie des migrations, etc.), ces travaux ont actualisé les connaissances des modalités de fonctionnement des entreprises familiales agricoles (Revue d’études en agriculture et environnement, 2008), du positionnement social des agriculteurs dans la France contemporaine (Sociétés contemporaines, 2014) et des enjeux de leur représentation professionnelle (Politix, 2013). Ils ont aussi mis au jour les transformations des modèles productifs (Terrains et Travaux, 2012), les enjeux du travail saisonnier en Europe (Études rurales, 2008), ou encore les transformations des « mondes agricoles » sous l’effet de la globalisation (Hervieu et Purseigle, 2009).

L’enjeu de ce Corpus « Travailler dans l’agriculture » est de contribuer à ce renouveau en adoptant une approche centrée sur le travail et l’emploi des travailleurs et travailleuses agricoles, qu’ils soient indépendants ou salariés. Il s’agit de proposer un état dynamique des transformations professionnelles qui traversent ces groupes sociaux, pour rendre compte de la manière dont elles s’intègrent aux évolutions plus larges de l’emploi et du travail contemporains.

Trois axes de réflexion nous intéressent plus particulièrement, ces derniers pouvant être traités indépendamment ou de manière conjointe :

  1. Mutations des formes d’emploi dans le secteur agricole
  2. Trajectoires socio-professionnelles des travailleurs et travailleuses agricoles
  3. Organisation et conditions de travail dans le secteur agricole

Texte de l’appel :